RMC Sport

Romeyer : « Le club est pris en otage »

Roland Romeyer

Roland Romeyer - -

EXCLU RMC SPORT. Invité de Luis Attaque, Roland Romeyer, président du directoire de l’AS Saint-Etienne, a fait part de son ras-le-bol face aux débordements de ses supporters qui pourraient coûter cher au club, ce jeudi en commission de discipline.

Roland, vous préparez-vous à la Ligue des champions après votre victoire face à Evian TG (1-0), mercredi ?

Je suis satisfait. On a connu une belle année 2013. En cette période de vœux, souhaitez-moi la santé et une aussi belle saison que 2013. Il y a longtemps qu’on attendait ça. Depuis quatre ans, il y a une progression au niveau sportif. On est passé de la 17e place à la 5e place et surtout, on a gagné cette Coupe de la Ligue. On est très heureux. Christophe Galtier fait du bon travail et on est un club sain financièrement. Tout baigne.

Le club sera pourtant entendu par la commission de discipline de la LFP ce jeudi pour les débordements de vos supporters face à Lyon et à Nice. Craignez-vous les décisions ?

J’attends avec appréhension les décisions de la Ligue. Je ne veux parler que des supporters et pas des 30 irresponsables qui nous pourrissent la vie. Je veux parler du peuple vert et des supporters qu’on a pu voir quand on est monté à Paris à vélo, ceux qui étaient au Stade de France et ceux qui étaient dans les rues de la ville au lendemain de la victoire en Coupe de la Ligue. Ceux-là sont pénalisés par quelques énergumènes et ils ne pouvaient plus se déplacer. J’attends les décisions de la Ligue. En fonction, on fera appel ou non parce que je veux me battre pour mes supporters qui aiment le club. Je suis invité mardi 14 janvier par Manuel Valls et Valérie Fourneyron au ministère de l’Intérieur pour ces problèmes.

Est-ce dur de vivre ces moments ?

C’est difficile. Je sais ce que j’ai fait au club, je l’aime et je suis un passionné. Je sais où je veux aller. En juin, il y avait sondage IFOP où 80% des personnes déclaraient que leur club préféré était Saint-Etienne. Et après les histoires de Nice, on était passé à la 14e place. C’est quelque chose qui m’embête parce qu’on se bat pour l’image de ce club depuis quatre ans et en quart d’heure, on vous fout tout en l’air. On va se battre. On a eu une réunion avec Bernard (Caïazzo, président du comité de surveillance du club, ndlr) et le directoire tout de suite après le match hier (mercredi). J’étais avec Madame la Préfète et le commissaire de police. On a pris ces décisions et on va essayer de prendre de sanctions radicales contre ces irresponsables qui ont frôlé la catastrophe à Nice. Il y a aurait pu y avoir des drames et on s’en est sorti comme ça. Il y a des inconscients et il faut trouver des solutions.

« Je ne reconnais plus l'ambiance de Geoffroy-Guichard »

Avez-vous pensé à démissionner ?

Si je suis à la tête de ce club, c’est parce que j’ai vécu des moments inoubliables de joie avec tous les supporters stéphanois et adverses. Je ne reconnais plus cette ambiance à Geoffroy-Guichard. A l’image de la société, certaines choses me révoltent. A un moment, je me suis dit "on a fait une bonne saison en 2013, maintenant, je rends mon tablier si, du côté de la Ligue et du ministère de l’Intérieur, on ne nous aide pas". J’ai l’impression que ça va bouger et je vais plutôt me battre. J’ai eu beaucoup de témoignages de soutien à travers notamment des pétitions. On fait du bon travail et j’ai envie de continuer. On va simplement choisir de se battre contre ces irresponsables.

Que combattez-vous au juste ?

Je suis contre la violence verbale et physique. J’aime et je respecte les gens. Un match de foot, c’est une fête où les familles devraient venir. Certaines choses me dérangent. Le club est pris en otage par le ministère de l’Intérieur, la ligue et les supporters. On est au milieu comme le marteau entre l’enclume. Quand on aime le club, comment peut-on le pénaliser ? Après Bastia, on avait préparé un dossier béton avec l’avocat. Ça nous a pris du temps et de l’argent car ça nous a coûté 50 000€. Je m’attends à des sanctions plus sévères après Lyon et Nice. Que faut-il faire ?

Certains groupes de supporters ne se reconnaissant dans la politique du public qui « entre dans un moule » au détriment d'une meilleure ambiance. Quelle est votre position à ce sujet ?

Saint-Etienne sans supporters n’est pas Saint-Etienne. La saison passée, quand on jouait une qualification pour la Coupe d’Europe, les Ultras ont décidé de ne pas chanter et de ne pas soutenir l’équipe. Ça a recommencé face à Nantes cette année. Quand on aime son club, est-ce normal ? Je suis ouvert à tout. Et je préfère aider les supporters à faire des déplacements plutôt que de verser des amendes à la Ligue. Je ne peux pas subir les choses que l’on subit actuellement. A Nice, j’étais scandalisé.

A lire aussi :

>>> Des Verts a minima

>>> Riolo : « Sainté et Bordeaux, l’Europe en boulet… »

>>> Romeyer : « Deux clubs sur Zouma »

Luis Attaque