RMC Sport

Ruffier : « Si on continue à jouer comme ça, c’est la L2 »

-

- - -

Particulièrement remonté après la défaite de Monaco à Toulouse (2-0) ce dimanche, le portier de l’ASM tire la sonnette d’alarme. Aujourd’hui 19e, Monaco file droit en Ligue 2 si le club princier ne relève pas la tête.

Stéphane Ruffier, êtes-vous inquiet après ce nouveau revers ?

Je suis inquiet parce que devant, ça gagne ou ça fait match nul. Nous sommes plus au fond que nos adversaires directs et nous ne prenons pas de points. Alors oui, je suis inquiet. Ça ne se joue à pas grand-chose, mais on n’avance pas.

On a le sentiment que vous êtes crispés…

On a toujours peur de bien faire les choses. On a peur de marquer, de bien jouer, de gagner les duels. Mais on a peur de quoi à Toulouse ? Contre les gros, on arrive à jouer, à être là, à les inquiéter, à gagner. Quand on reçoit ou qu’on va chez des équipes un peu moins bien classées, on n’a pas envie de jouer. On se fait bouger. Pourquoi sommes-nous là contre les gros et pas contre les équipes un peu moins bien placées ? On croit qu’on va les bouger. Mais ce n’est pas comme ça que ça marche. Il y a onze joueurs sur le terrain. Ils jouent pour leur maillot, pour les supporters. Ils veulent gagner leur match. Pas nous. Il n’y a rien à tirer de cette rencontre. Zéro.

Vous réalisez pourtant trois grosses parades…

J’aurai toujours des moments chauds à gérer. C’est normal. Même la plus grande équipe concède des occasions. Ce n’est pas le problème. Ce qui est inquiétant, c’est le nombre d’occasions qu’on se procure : on ne s’en procure pas ! Ou des coups francs de 40 mètres. Ce ne sont pas des occasions chaudes. On regarde le spectacle. Nous sommes spectateurs et à la fin, ça fait 2-0.

La Ligue 2 est-elle une possibilité ?

Oui, il faut que les joueurs se le mettent dans un coin de leur tête. C’est dangereux si Monaco descend en Ligue 2. En tout cas, je serais vexé de descendre avec Monaco. Ça me mettrait un bon coup derrière la tête. Mais si on continue à jouer comme ça, on y va tout droit.

Recueilli par Wilfried Templier à Toulouse