RMC Sport

Saint-Etienne: le maire réclame le départ du duo Caïazzo-Romeyer

Très offensif dans un entretien accordé à But, le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau prend le parti des supporters et demande le départ de Roland Romeyer et Bernard Caïazzo, propriétaires du club depuis 2004.

Ce n’est pas une déclaration de guerre, à l’image de la menace brandie par les supporters stéphanois, mais c’est néanmoins un sacré coup de pression. Le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau est monté au créneau dans une interview accordée à But Saint-Etienne, en soutien aux communiqués des supporters, réclamant aux dirigeants de l’ASSE une rencontre.

"Ils demandent plus de clarté sur les intentions des dirigeants et je les comprends, clame l’édile. Je les rejoins. Les présidents avaient dit il y a trois ou quatre ans qu’ils voulaient vendre. Les supporters les prennent aux mots. Ils leur disent: soyez transparents, jouez cartes sur table, confirmez-nous ce secret de polichinelle. Je soutiens leur communiqué."

Perdriau: "Le club a besoin d'un souffle nouveau"

Le maire de la ville déplore "un manque de lisibilité par rapport à l’avenir", et dans le prolongement de cette réflexion, "un manque de perspectives". Gaël Perdriau enjoint donc Roland Romeyer, le président du directoire de l'ASSE, et Bernard Caïazzo, le présient du conseil de surveillance, à respecter leur promesse de céder l’institution, comme ils s’y étaient engagés en cas d’offre intéressante.

"Il me semble que ce serait dans l’intérêt du club. Et dans l’intérêt général. [...] Roland Romeyer et Bernard Caïazzo ont promis de céder le club en cas de projet sportif intéressant, sans en faire une histoire d’argent. J’espère qu’ils tiendront cette promesse. J’estime que le club a besoin d’un souffle nouveau."

L'ère Caïazzo-Romeyer touche-t-elle à sa fin ? Les propriétaires du club depuis 2004 sont en tout cas sous pression depuis dix jours, pris entre deux feux. Attaqués d'un côté par la ville, et de l'autre par les supporters, dont une partie, les Magic Fans, a exigé une rencontre dans les quinze jours. Sinon, ce sera la guerre.

QM