RMC Sport

Saint-Etienne – Toulouse : les Verts font du surplace

Bayal Sall et les Stéphanois n'avancent plus

Bayal Sall et les Stéphanois n'avancent plus - -

Au terme d’un match enlevé, Saint-Etienne et Toulouse se quittent sur un score de parité (2-2), en ouverture de la 19e journée de Ligue 1. Les Verts, qui n’ont plus gagné depuis six matches en Ligue 1, ont cruellement subi l’ultra-réalisme toulousain

Première enseignement de cette Ligue 1 à la sauce 2013 : Saint-Etienne sait marquer à nouveau. Incapables de trouver le chemin des filets lors de leurs cinq derniers matches de championnat, les Verts ont mis fin à cette pâle série, face à Toulouse, se permettant même de scorer à deux reprises. Malheureusement pour eux, cette réussite retrouvée a été insuffisante pour renouer avec le succès. La faute à un TFC très réaliste, bien aidé par l’apport offensif d’un Serge Aurier, latéral droit, des grands soirs.

Tout avait pourtant bien commencé pour les hommes de Christophe Galtier. Auteurs d’une entame de match tonitruante, les locaux ont vu leurs efforts récompensés dès la 26e minute. Mollo, la recrue hivernale, est au coup franc. Perrin, complètement esseulé, à la réception, et Ahamada n’y peut rien. Un but autant synonyme de délivrance pour Saint-Etienne que de révolte pour Toulouse. 60 petites secondes suffiront d’ailleurs aux visiteurs pour recoller. Sur un très bon centre d’Aurier, Rivière remise subtilement pour Didot, qui conclut d’une frappe enroulée à ras de terre (27e).

Le bijou d’Aurier

Galvanisé par cette égalisation, Toulouse sort peu à peu la tête de l’eau, et Aurier lâche l’artillerie lourde. Bien décalé par Sissoko, l’ancien Lensois se fend d’un extérieur du pied délicieux depuis le coin droit de la surface. La trajectoire est parfaite. Au bout de la parabole, le petit filet opposé de Ruffier (43e). Les Toulousains virent donc en tête à la pause, malgré la domination adverse. Le deuxième acte reprend avec autant d’intensité. Le Chaudron pousse, et Toulouse se recroqueville pour procéder par contre. Une stratégie qui aurait pu payer si Sissoko, sur une montée rageuse, n’avait pas manqué son face à face avec Ruffier (49e).

Mais au final, c’est bien l’abnégation stéphanoise qui finit par payer. Aubameyang, discret jusque-là, profite d’un contre favorable pour se présenter face à Ahamada. Le portier remporte son duel, mais Mollo a suivi (62e). Les visiteurs sortent alors les barbelés et défendent avec acharnement le point du nul… Et tiennent bon. L’ASSE, qui n’a plus gagné depuis le 23 novembre, devra donc se contenter de la symbolique satisfaction d’avoir marqué à nouveau. Ce qui, au classement, n’est pas d’une grande utilité.

A.T.