RMC Sport

Sakho : « On ne peut pas toujours être au top »

Mamadou Sakho

Mamadou Sakho - -

Le capitaine du PSG admet traverser une période difficile. Après une saison tonitruante, il peine à confirmer depuis l’arrivée des Qataris. Mais à 22 ans, l’international français reste sûr de sa force. Et entend le prouver dès samedi (21h) à Lyon, lors de la 25e journée de L1.

Mamadou, que vous inspire cette équipe de l’OL ?

Ça reste une équipe de niveau Ligue des champions. Ils ont des joueurs de qualité, des internationaux. Ils sont capables de renverser une rencontre à chaque moment. Ce n’est pas parce qu’on a fait un nul au Parc (dimanche contre Montpellier 2-2) qu’on se met la pression. Pas du tout. On est serein. On est sûr de notre force collective. Même après Lyon, il restera encore douze ou treize matchs de championnat. Il y a encore beaucoup de points à prendre.

Le sprint final a-t-il déjà débuté ?

Je ne pense pas que le sprint ait débuté. On est encore sur une course de fond. Il y a encore treize matchs à jouer, avec beaucoup de points en jeu. Il faut se concentrer sur toutes les rencontres. Les gens mettent plus la pression lorsque c’est Lyon ou Montpellier, mais il ne faut pas oublier que les autres équipes ne sont pas évidentes à jouer. Il peut encore y avoir des équipes qui remontent derrière. Il faut vraiment que le PSG reste concentré et soit conquérant après chaque rencontre.

D’un point de vue personnel, vous semblez avoir du mal à retrouver votre niveau de la saison passée…

Je suis peut-être un peu moins bien en ce moment. J’essaie de me réfugier dans le travail et de rester sérieux. Le coach m’a félicité pour ça en début de semaine. Ça fait plaisir. On ne peut pas toujours être au top. Il faut savoir y faire face et se concentrer sur le boulot, parce qu’il n’y a que ça de vrai. C’est peut-être mental. Je ne sais pas, je n’ai pas de raisons précises. Mais ça va revenir, je n’en doute pas.

Qu’est-ce qui a changé au PSG ces derniers mois ?

C’est un nouveau PSG. Avec un nouveau coach, un nouveau système de jeu et une nouvelle façon de s’entraîner. On a un staff plus étoffé. Le travail est plus détaillé, en dehors et sur le terrain. Il y a beaucoup de petites choses qui sont prises avec un grand sérieux. Ce système-là marche dans les grosses écuries.

Selon vous, votre équipe est-elle en progrès ?

Les gens sont très exigeants avec nous. Mais il ne faut pas oublier que beaucoup de joueurs sont arrivés en début de saison, d’autres à l’intersaison. Le football, ce n’est pas de la magie. Il faut s’adapter à ses partenaires. Ça se fait au fur et à mesure des rencontres. On est toujours en phase de progression collective. Les qualités individuelles sont là, on le sait tous. Après chaque match, on verra un PSG plus performant qu’il ne l’est aujourd’hui.

Propos recueillis par Loïc Briley