RMC Sport

Santander, un indien dans la ville rose

-

- - -

Alors que le leader toulousain rend visite à Monaco (19h) ce samedi à l’occasion de la 6e journée de L1, le jeune attaquant paraguayen a pour difficile mission de faire oublier André-Pierre Gignac.

Toulouse a-t-il déjà trouvé le successeur d’André-Pierre Gignac ? Le Paraguayen Federico Santander n’a joué que 45 minutes en L1. C’était la semaine passée face à Saint-Etienne (défaite 1-0). S’il n’a pas eu le temps de s’illustrer, à Toulouse, on ne tarit pas d’éloges au sujet de ce « gamin » de 19 ans. « Il aime marquer, observe son partenaire Etienne Didot. Il est assez costaud et possède un très bon jeu de tête. » Comme le néo-Marseillais, le robuste Santander (1,87m, 85kg) aime le défi physique : « Il n’a pas froid aux yeux, note son entraîneur Alain Casanova. Il ne se posera pas de question et sera là au combat. C’est un indien. »

Il n’avait jamais entendu parler de Gignac

L’attaquant toulousain a été repéré l’an passé aux championnats du monde des Moins de 20 ans en Egypte (élimination du Paraguay en 8e de finale). Pas encore convoqué avec les A, celui qui a comme idole le Milanais Ibrahimovic, espère que son arrivée en Europe lui permettra d'accéder au plus haut niveau international.

Inconnu du public, sa réputation a déjà fait le tour des grands clubs européens. L’hiver dernier, alors qu’il porte les couleurs du club paraguayen de Guarani, Santander effectue un essai avec la réserve de l’Inter Milan. Infructueux. Qu’importe, tout est pratiquement bouclé quelques mois plus tard avec Tottenham. Enfin jusqu'au 26 août, date d’un appel du TFC. Le buteur paraguayen n’a jamais entendu parler de Gignac. Mais séduit par le discours des Haut-garonnais, il pose ses valises dans la Ville Rose quatre jours plus tard. « Il a droit à un temps d’adaptation, sourit Didot. Mais s’il n’en veut pas, on ne s’en plaindra pas ! »