RMC Sport

Sur les traces de Kanté (1/3) : son apprentissage de Suresnes à Caen

N’Golo Kanté

N’Golo Kanté - AFP

Révélation de Premier League avec son équipe de Leicester et convoqué en Equipe de France, N’Golo Kanté vit un rêve éveillé. De son apprentissage passé loin des centres de formation à sa sélection par Didier Deschamps, N’Golo Kanté a suivi une trajectoire peu commune. Premier épisode, son apprentissage français.

Né à Paris en 1991 et issu d’une famille nombreuse d’origine malienne, N’Golo Kanté intègre l’école de foot de la JS Suresnes à l’âge de dix ans. Et déjà, il semble présenter des prédispositions pour le haut niveau. « Il m’a sauté aux yeux parce qu’il n’arrêtait pas de courir et qu’il prenait le ballon à tout le monde », estime Piotr Wojtyna, l’un de ses éducateurs dans les Hauts-de-Seine. « Il était très discret mais s’adaptait à chaque niveau supérieur car il écoutait ce que lui disaient ses éducateurs », poursuit le coach.

Travailleur acharné, N’Golo Kanté évolue à Suresnes jusqu’à ses 19 ans, dans les catégories de jeunes puis en équipe première alors en PH (neuvième division). Pierre Ville, dirigeant du club francilien, l’a côtoyé à cette époque et vante ses qualités humaines.

Un gabarit jugé trop faible

« Cela a été une des seules personnes que j’ai rencontrées avec cette capacité d’écoute et cette envie de réussir et de faire ce qu’on lui demandait », souligne Pierre Ville. Introverti et réservé en dehors du terrain, Kanté confirme son potentiel à la récupération du ballon. Gratteur infatigable, il passe des tests dans différents centres de formation (Rennes et Lorient notamment) français mais n’est jamais conservé en raison de son gabarit, jugée trop faible (1,69 m pour 68Kg) et trop commun.

Un membre du staff de Suresnes et ami de Bruno Dupuis, directeur sportif de l’US Boulogne, présente Kanté au club nordiste. Les dirigeants de l’USBCO sont séduits par le jeune milieu de terrain et lui font signer un contrat amateur. Pendant deux ans, Kanté joue avec la réserve du club en CFA 2. N’Golo connait alors des difficultés financières, jongle avec ses études (il a passé un BTS de comptabilité) et dort parfois dans les auberges de jeunesse.

« Ça va être un petit phénomène »

La relégation de l’équipe première de la Ligue 2 vers le National en 2012 donne à Kanté le coup de pouce du destin dont il avait besoin. Georges Tournay, récemment nommé entraineur du club, découvre le joueur pendant la présaison et lui donne ensuite sa chance en équipe première. « Quand je suis arrivé à Boulogne-sur-Mer, peu de joueurs voulaient rester. Ça ne me faisait pas peur de lancer des jeunes. On a testé plein de joueurs du centre de formation. N’Golo nous a tout de suite explosés aux yeux. » souligne Tournay. D’abord étonné par son joueur, l’entraineur est vite convaincu du talent à sa disposition.

« Qu'est-ce qu'il fait là ce gosse ? J'ai tout de suite dit au président de lui faire signer un contrat pro. En juillet, on est allés faire un match amical à Zulte-Waregem. Mes adjoints m'ont dit que ce gosse-là allait être un petit phénomène. » Exemplaire sur le terrain, Kanté l’est aussi en dehors. Avec lui pas de problème de comportement. « Il ne dit jamais rien, est toujours gai. Il écoute ce qu'on lui dit. Il a des valeurs très fortes. L'état d'esprit, c'est ce qui fait la différence dans le football », conclut Georges Tournay. Malheureusement pour l’USBCO, le club ne remonte pas en Ligue 2. Heureusement pour Kanté, ses performances font de lui le lui le meilleur joueur de la saison en National et le Stade Malherbe de Caen lui fait signer un contrat de trois ans en juin 2013.

La révélation caennaise

Rapidement, le milieu s’impose dans l’entrejeu caennais et c’est loin d’être une surprise pour son entraineur Patrice Garande. « Je ne suis pas du tout surpris de ce qu’il fait. Il a le potentiel physique et technique pour s’imposer », insiste le technicien. Titulaire indiscutable, Kanté participe activement à la remontée du Stade Malherbe en Ligue 1. Après une saison pleine en Ligue 2, qui lui vaut même d’être nommé dans l’équipe type de la saison. N’Golo Kanté découvre enfin la Ligue 1. Trente-sept matches dont trente-six en tant que titulaire permettent à Kanté de se révéler aux yeux du grand public et de tous les observateurs du championnat. Son style étonne et détonne. Kanté harcèle ses adversaires à la récupération et accélère le jeu sur les phases offensives.

Son profil assez complet pour un joueur sans véritable expérience du haut-niveau est un atout majeur pour le promu caennais. Il s’impose comme le véritable pendant défensif du meneur Julien Féret. Le Stade Malherbe se maintient en Ligue 1 et Kanté peut désormais regarder plus haut. Lors de l’été 2015, et après seulement une saison en première division, Marseille se positionne sur le joueur mais ne peut payer le montant du transfert exigé par Caen. Le club normand vend Kanté à Leicester récent 14ème de Premier League pour environ huit millions d’euros. Le talent de N’Golo Kanté s’exprimera désormais en Angleterre.

Jean-Guy Lebreton