RMC Sport

Taiwo : « Deschamps m’a dit : « Ne pars pas fiston ! » »

Taye Taiwo

Taye Taiwo - -

Courtisé par l’Atlético de Madrid, le défenseur nigérian a finalement décidé de rester à l’OM. Il explique pourquoi.

Taye Taiwo, la déception de la défaite contre Caen est-elle oubliée ?
Ça arrive. C’est difficile de commencer une nouvelle saison en étant champion de France. Tout le monde veut battre l’OM. On le sait. On ne s’intéresse qu’au match qui arrive. On est obligé de gagner samedi. C’est vraiment important de gagner.

Ne craignez-vous pas que les problèmes extra-sportifs de l’OM pèsent sur vos performances ?
Non car Valenciennes aura à cœur de nous battre. Nous sommes des grandes personnes et nous connaissons notre travail. Ça fait cinq ans et demi que je suis là. On dit toujours que c’est catastrophique au début du championnat mais après ça s’améliore.

Etes-vous à 100% à l’OM ou pensez-vous encore à un départ ?
Taiwo ce n’est pas un voleur. Je suis toujours là. Dans la tête je suis là avec Marseille. La ville est belle, les supporters sont passionnés. Moi je suis là tranquillement.

Qu’est ce qui vous a décidé à rester ?
Le coach m’a parlé dans son bureau. Il m’a dit : « Taïwo, j’ai besoin de toi, ne pars pas fiston ». Dans la tête, j’étais toujours fâché mais ça m’a aidé dans mon choix. Je suis toujours en contrat avec Marseille. En rentrant de vacances j’étais fatigué, ça n’allait pas bien dans la tête mais trois semaines plus tard, j’ai retrouvé le sourire et le coach m’a dit qu’il était content. Alors je reste à Marseille.

Allez-vous être capitaine face à Valenciennes ?
Ce n’est pas mon problème, mon problème, c’est l’équipe. Si le coach me le demande, je ne refuserai pas. Ça ne me dérange pas mais ce qui m’intéresse c’est qu’on joue bien. Ça me donne beaucoup de responsabilités. Ça fait plaisir d’entendre le coach me dire que je suis le patron sur le terrain.

Qu’est ce que ça vous fait de voir Mamadou Niang, le plus ancien joueur de l’OM, sur le départ ?
C’est difficile pour moi. Mais le club choisit. Marseille a dit oui à son départ. Ça fait longtemps que Mamad est là. Il a choisi de partir. Et quand on n’a pas envie, on ne joue pas.

Propos recueillis par Florent Germain à Marseille