RMC Sport

Taxe à 75% : le foot amateur (aussi) en danger

Noël Le Graët et Jean-Pierre Louvel

Noël Le Graët et Jean-Pierre Louvel - -

Dans l’impasse après la réunion au sommet avec François Hollande sur la taxe à 75%, les clubs professionnels menacent de supprimer leur aide au football amateur, par souci d’économie. Une annonce malvenue et déjà impopulaire.

Le football français n’est plus à une polémique près. Au détour d’une tirade passée un peu inaperçue, jeudi au micro de l’Intégrale Foot sur RMC, Jean-Pierre Louvel a allumé un nouveau feu. Devant le refus du gouvernement de céder au sujet de la taxe à 75%, le président de l’UCPF a brandi une « drôle » de menace pour le football amateur. « Ce qu’on voudrait, c’est continuer le dialogue pour ne pas arriver à des situations extrêmes qui toucheront soit la compétitivité, soit la solidarité du football, a-t-il déclaré. C’est ce qui serait le plus dramatique, à savoir ne plus pouvoir être en mesure de payer les 130 millions d’euros que nous payons chaque année en solidarité au sport amateur, ne plus faire les 1600 actions que les clubs mettent en place dans chaque région. »

Couper les vivres du football amateur en raison de l’instauration de l’impôt exceptionnel sur les très hauts revenus, un argument qui n’a pas convaincu et qui, surtout, n’a pas fait rire grand-monde. « Ça m’ennuie un peu, avoue Jean-Michel Larqué. Prendre en otage le football amateur, je ne suis pas sûr que ce soit le meilleur argument pour défendre sa cause. C’est une direction qu’il vaudrait mieux ne pas prendre. J’aime beaucoup le président Louvel mais le foot pro ne verse pas 130 millions d’euros à la FFF. Dès le départ, on a tout faux. »

Rivère : « Ne touchons pas au monde amateur »

Ecarté par Valérie Fourneyron, la ministre des Sports, de la « commission pour un modèle de football durable » présidée par Jean Glavany, Eric Thomas a déjà tiré la sonnette d’alarme en dépeignant un football amateur « à l’agonie ». Le président de l’AFFA (Association française de football amateur) a ainsi demandé une audience avec François Hollande, face à une situation qu’il juge dramatique. « Les présidents de club, on ferait mieux de contrôler notre communication. S’il y a bien une erreur à ne pas faire, c’est celle-là, s’énerve Jean-Pierre Rivère, le président de l’OGC Nice. Ne touchons pas au monde amateur. Ils prennent de leur temps pour s’occuper d’enfants. C’est un axe à ne pas prendre. »

« Ils ne le feront jamais. Ils ne peuvent pas le faire, tempère Jean-Michel Larqué, vice-président de la Ligue d’Aquitaine. Ce serait la politique de la terre brûlée. Ils veulent se couper les pattes ? Le foot pro existe grâce au foot amateur. Je ne vois pas comment on peut devenir footballeur professionnel sans avoir été footballeur amateur. Ou alors nous avons des éducateurs qui sont des magiciens. » Les prochaines négociations menées par les dirigeants du football professionnel, qui devraient s’étaler durant tout le mois de novembre, risquent donc d’être suivies avec attention par le « foot d’en bas ».

A lire aussi :

>> Hollande inflexible, les clubs maintiennent la grève

>> Louvel : « Continuer le dialogue »

>> Taxe à 75% : dans les coulisses d’une défaite

La rédaction