RMC Sport

Thiago Motta, métronome essentiel

Thiago Motta

Thiago Motta - -

Il n’est pas le plus médiatisé ni le plus spectaculaire. Mais Thiago Motta, arrivé au club en janvier 2012 et invité ce lundi de Luis Attaque, est aujourd'hui incontournable. Tous sont fans du milieu de terrain.

De nature plutôt discrète, Laurent Blanc n’est pas le genre d’entraîneur à s’épancher longuement ou à abreuver de louanges l’un de ses joueurs. Mais lorsqu’il s’agit de Thiago Motta, le coach du Paris Saint-Germain accepte volontiers de faire une exception. « C’est un joueur que l’on voudrait voir titulaire systématiquement dans son équipe. En tout cas, c’est un joueur garant du jeu, a-t-il reconnu en conférence de presse. Je trouve que c’est un beau compliment parce que jouer comme nous le souhaitons et posséder des joueurs comme celui-ci capable de mettre le jeu dans le bon sens, c’est quand même appréciable. Ça vous fait gagner du temps et en plus cela montre l’exemple à beaucoup de joueurs. »

Le milieu de terrain n’est pas celui qui attire le plus la lumière. Ce n’est pas non plus le nom le plus clinquant du club de la capitale. Un homme de l’ombre, chargé de maintenir l’équilibre de l’entrejeu parisien. Un rôle prépondérant et essentiel. Et pour cause, l’Italo-Brésilien se trouve au cœur de l’animation. Temporiser, fluidifier, accélérer, distribuer et mettre dans les meilleures dispositions ses partenaires, telle est sa tâche dévolue. Une simplicité et une élégance que le joueur de 31 ans a apprises au cours de sa carrière. Né au Brésil, il s’est d’abord forgé au jeu du FC Barcelone (2001-2007), construit une culture tactique à l’Inter Milan (2009-2012) pour aujourd’hui devenir la pierre angulaire du PSG. 

Matuidi : « C'est 'Monsieur Propre' »

Sous l’égide de José Mourinho à l’Inter ou celui de Carlo Ancelotti à Paris, Motta a toujours été le premier nom posé sur la feuille de match. Une évidence malgré tout contrariée par un physique chancelant, sujet à de nombreuses blessures. Depuis le début de sa carrière au Barça, il ne tourne en moyenne qu’à 16 rencontres par saison. Mais quand il aligné au sein du milieu à trois composé de Blaise Matuidi et Marco Verratti, l’ex-Blaugrana facilite la mécanique. Sur douze matches disputes, dont onze en tant que titulaire, il culmine à 92,9 % de passes réussies (soit un total de 830 sur 893 passes). « Par son jeu et son élégance ce joueur est un plus pour la L1. Pour moi il est hors pair à son poste, je l’appellerais ‘’Monsieur propre’’ parce qu’il nettoie tout, reconnaît son coéquipier Blaise Matuidi. Avec lui, tout est propre et nous sommes très heureux d’avoir un joueur comme celui-là à nos côtés, avec une grande expérience de par les clubs dans lesquels il a évolué. L’avoir avec nous c’est du bonheur ».

Lors du succès parisien obtenu à Reims (3-0) samedi soir, Motta a une nouvelle fois régalé. Jeu court ou transversales millimétrées, il a permis au leader de s’offrir une victoire en patron. Sans forcer, en toute quiétude. Grzegorz Krychowiak, titulaire au poste de milieu défensif avec le Stade de Reims samedi, a pu s’en apercevoir lui-même. « C’est un des meilleurs milieux qui évolue en France. Il est technique, perd très peu de ballons et oriente énormément le jeu. C’est vrai que beaucoup de situations passent par ce joueur. Il est très important dans l’effectif du PSG. » Mais l’enfant de São Bernardo do Campo possède également quelques vices. Comme cette faculté à commettre cette faute tactique afin d’annihiler les offensives adverses ou faire sortir du match ses vis-à-vis en les poussant à bout de nerfs. Certains parleront de sens tactique…

Lire aussi : 

>> Reims-PSG : Serein comme Paris
>> Zlatan offre des consoles à ses coéquipiers 
>> Digne : « Je ne regrette pas du tout mon choix »

R.D.