RMC Sport

Tiburce Darou : les 7 chapitres de son incroyable carrière

Tiburce darou

Tiburce darou - DR/XIIIfromtokyo – Wikimedia - CC

Le préparateur physique Tiburce Darou est décédé ce jeudi à l’âge de 72 ans des suites d’une longue maladie. Très apprécié des sportifs et connu du grand public après sa participation à la Star Ac’, celui qui se faisait surnommer « le gourou » avait collaboré avec d’innombrables clubs et équipes, françaises ou étrangères. Voici les anecdotes et autres histoires qui illustrent au mieux la trajectoire pas commune de ce personnage atypique.

Il collabore d’abord avec les plus grands tennismen

Le préparateur physique s’est forgé sa réputation en commençant par s’occuper de plusieurs tennismen dans les années 80. Et pas n’importe lesquels : Yannick Noah, Björn Borg, John McEnroe, Jimmy Connors, Ivan Lendl, Boris Becker, pour ne citer qu’eux. Des joueurs qui faisaient appel à lui pour soigner leurs blessures, et revenir plus fort. Des collaborations réussies, synonymes de tremplin pour Tiburce Garou qui deviendra rapidement le préparateur physique le plus courtisé du monde sportif.

Du PSG à l’OM, en passant par Arsenal

Tiburce Darou va également laisser un grand vide dans le monde du football, lui qui est passé par le PSG, le RC Lens, l’OM, Arsenal, Bordeaux, Monaco, Reims, le RC Strasbourg, Lorient mais aussi la sélection du Libéria et le Bétar Jérusalem. Le préparateur physique était capable de booster les joueurs, par son charisme et son expérience.

Adepte de la méthode « commando »

Rompre la routine pour inverser la dynamique, voilà comment le préparateur physique procédait. Des méthodes parfois « commando » pour apporter de l’agressivité et du dynamisme à des groupes en manques de repères. Adepte des méthodes fortes, il n’hésitait pas « rentrer » dans ses « patients », en les « agressant » et en stimulant au maximum la préparation mentale. Qu’ils soient stars confirmées ou vedettes en devenir, Tiburce Darou les traitait de la même manière. Sans se soucier de leur ego ou de leur CV.

Dans le foot, mais aussi le rugby, le volley et le basket

En 2013, le RC Toulon de Bernard Laporte décide de le solliciter, son investissement jouant un rôle prépondérant dans l’obtention de la première Coupe d’Europe du club en 2013. Consultant dans la préparation physique, il intervenait deux à trois par semaine. Tiburce Darou a également collaboré avec les volleyeuses de Cannes, mais aussi les équipes de basket d’Antibes, Villeurbanne, Montpellier ou encore Nancy.

Au chevet des sportifs blessés

Sa notoriété, unique dans le monde des préparateurs physiques, l’a amené à venir au chevet de plusieurs sportifs blessés. Tiburce Darou avait d’ailleurs fait de la remise en forme sa spécialité, en remettant sur pieds les Petit, Pirès, Vieira, Diomède, Marco Simone, Florian Maurice, Laurent Robert ou encore Tony Vairelles. En 2002, Robert Pires avait travaillé avec lui lors de sa convalescence, après une grave blessure au genou qui avait privé le Gunner de la Coupe du monde en Corée. Plus récemment, le préparateur physique s’est aussi occupé de Yoann Gourcuff à qui il conseillait, il y a quelques semaines encore, de quitter le championnat de France. En Angleterre, sa renommée est intacte depuis son passage à Arsenal au début de l’ère Wenger. Ian Wright, ancienne légende du club, l’avait d’ailleurs recommandé à Jermaine Defoe en 2011.

Il crève l’écran à la Star Academy

En 2003, le préparateur physique occupe le poste de prof de sport dans le château de la Star Academy pour la troisième saison de l’émission de téléréalité. Un passage remarqué, qui va booster sa notoriété. Les élèves avaient tous goûté aux méthodes plutôt autoritaires du « gourou ». Une prestation qui avait convaincu puisque Tiburce Darou avait pris part à la saison 4 de la Star Academy.

Préparateur physique jusqu’au bout

A 72 ans, Tiburce Darou n’avait pas abdiqué. Sa passion pour le sport était plus forte que le poids des années. Il était même encore préparateur physique de l’équipe féminine de volley de Cannes malgré une longue maladie qui a fini par l’emporter.

Gérald Mathieu et Omar Bendjador