RMC Sport

Triaud : « J’espère ne pas avoir de motifs pour me fâcher »

-

- - -

EXCLU RMC SPORT. Auteur d’un coup de gueule contre ses joueurs il y a quelques semaines, Jean-Louis Triaud espère voir ses Girondins poursuivre sur la lancée de leur réveil de fin d’année. Et ne plus avoir à hausser le ton. Entretien.

Jean-Louis Triaud, avez-vous décidé de moins vous fâcher en 2014 qu'en début de saison ?

J’espère surtout ne pas avoir de motifs pour me fâcher. Quand on le fait, je ne sais pas si c’est très efficace mais ça soulage. (Rires.)

Votre coup de gueule a correspondu au réveil sportif des Girondins. Un hasard ?

C’est plutôt une conjonction de choses : ma mauvaise humeur, celle du coach qui ne les avait pas épargnés et une prise de conscience. Tout cela a fait qu’il y a eu une réaction. Tout est presque rentré dans l’ordre. On a quand même égaré quelques points en route que l’on aurait pu engranger. Mais globalement, le réveil a été plutôt positif.

Pour vivre heureux, vivons cachés. L

Ça a toujours été un peu le cas à Bordeaux, à part la saison avec Laurent Blanc où on avait été bien placé du début à la fin. Quand on ne parle pas de nous, ça nous va très bien. Mais quand on nous critique, ça nous va aussi car ça mobilise et ça dynamise.

Quel est l'objectif de Bordeaux dans cette seconde moitié de saison ?

Si on s’est renforcé (arrivée de Guillaume Hoarau, ndlr), c’est qu’on veut se maintenir à ce niveau de classement, de la troisième à la huitième place. L’écart entre les quatre-cinq clubs qui postulent à ces places n’est pas extravagant donc on peut tout espérer. Il faut garder les vertus retrouvées fin 2013 et si c’est le cas, on peut espérer bien finir. Le football sans discipline sur le terrain et respect des consignes, ça ne marche pas. Ça demande de l’implication, mais si on met ces ingrédients dans notre jeu, on pourra voyager. J’ai vu des équipes médiocres, et je ne pense pas à nous dans cette catégorie, avoir des parcours de qualité grâce à cette organisation et cette discipline. Et c’est plus facile à mettre en place que de demander à un gars de dribbler cinq adversaires pour aller marquer.

Comment gérez-vous le dossier Diego Rolan ? Il est revenu en retard de la trêve hivernale mais on n'en entend plus parler depuis...

Il a entendu parler de moi, je vous rassure. C’est un gamin, il vient d’avoir vingt ans. Il a une adaptation un peu compliquée à Bordeaux et il marche à l’affectif. Quelque part, il s’est rendu service en arrivant en retard car ça a permis de mettre les choses au point et depuis, je ne l’ai jamais vu aussi souriant. Il est en bonne voie. On ne l’a pas suspendu, c’est sans intérêt. Mais le sanctionner dans d’autres domaines, comme le financier… C’est une affaire à régler en interne.

Hoarau est arrivé après la blessure au genou de Cheikh Diabaté. Où en est ce dernier et les deux sont-ils compatibles ?

Cheick est un garçon qui, comme tous les grands gabarits, a des problèmes aux genoux. Mais rien qui ne soit alarmant. Je ne suis pas médecin mais je pense qu’il en a encore pour 15 jours avant de reprendre. A priori, il n’a pas grand-chose puisqu’à Lyon (où il a consulté un spécialiste, ndlr), ils n’ont pas jugé utile de le garder plus longtemps. Mais même s’il était en forme permanente, on ne peut imaginer jouer 45 matches dans la même saison avec le même attaquant. Au-delà de ça, je me demande s’ils ne peuvent pas jouer ensemble. On a déjà vu Guillaume Hoarau décrocher et venir dans le cœur du jeu. Les joueurs de qualité peuvent toujours être associés.

Avez-vous prévu d'autres recrues lors de ce mercato hivernal ?

Le recrutement est terminé pour l’intersaison. Notre actionnaire avait dit qu’il ferait un effort sur un poste dans deux situations : soit on est très mal classé et il faut sauver la baraque, soit on n’est pas trop mal classé et il faut s’y maintenir. Notre actionnaire a tenu parole et son engagement. On a recruté ce que souhaitait l’entraîneur, c’est-à-dire un attaquant.

Confirmez-vous l'approche d'un club russe pour Cheick Diabaté ?

Un club russe s’est bien intéressé à lui. Il nous a demandé ce qu’on envisageait avec Diabaté et on leur a répondu qu’on voulait finir la saison avec lui. Ils n’ont pas été très insistants.

A lire aussi :

>> Hoarau : "J'ai pris des sous, je reviens pour jouer"

>> Labrune : "Le futur entraîneur ? Plus un technicien qu'un meneur d'hommes"

>> Romeyer : "Le club est pris en otage"

Luis Attaque