RMC Sport

Trophée des champions : pourquoi le Gabon ?

-

- - -

Si le Trophée des champions entre le PSG et Bordeaux se déroulera ce samedi à Libreville, au Gabon (20h45), ce n’est pas seulement pour rendre hommage au continent africain. Financièrement, la LFP devrait réaliser une belle opération.

Après Montréal (Canada), Tunis (Tunisie), Tanger (Maroc) et New York (Etats-Unis), le Trophée des champions prend ses quartiers en Afrique subsaharienne, au Gabon. A observer l’accueil réservé aux Bordelais et surtout aux Parisiens jeudi, à l’aéroport de Libreville, il ne fait aucun doute que l’opposition entre le champion et le vainqueur de la Coupe de France sera une grande fête ce samedi (20h45). « Les conditions d’accueil sont exceptionnelles », témoigne le président des Girondins Jean-Louis Triaud, qui évoque « beaucoup de gentillesse, de confort, d’amabilité ». Le Stade de l’Amitié, qui peut accueillir 40 000 personnes, devrait d’ailleurs afficher complet. « Mais peut-être pas au début car il y a des difficultés de circulation au niveau des transports, corrige Frédéric Thiriez, le président de la LFP. On fera le plein en deuxième mi-temps. »

Mais pourquoi le choix de la Ligue de football professionnel s’est-il porté vers le pays dirigé par le controversé Ali Bongo ? « D’abord, je voulais que le foot français rende hommage au football africain qui lui a tant apporté dans le passé et encore aujourd’hui, répond Thiriez, qui pense à l’Asie pour l’année prochaine. Il y a 111 joueurs africains en Ligue 1, cela représente un joueur sur quatre ! » La Coupe d’Afrique des Nations organisée en 2012, conjointement avec la Guinée équatoriale, a aussi permis au Gabon de marquer des points. « Ce fut un succès remarquable, rappelle le président de la Ligue. Le dossier l’était aussi. Le choix était facile. » Voilà pour le côté « tout le monde est content ».

La LFP ne sera pas déficitaire

Mais avant d’être une belle fête, le Trophée des champions a fait grincer quelques dents. Ni les Parisiens, ni les Bordelais n’ont sauté au plafond lorsqu’ils ont appris qu’ils avaient gagné un déplacement à Libreville à une semaine de la 1ere journée de L1. « J’étais un peu inquiet en raison du déplacement assez long à quelques jours de la reprise du championnat, confirme Jean-Louis Triaud. Mais il faut bien remarquer que la température est plus clémente ici. Il faisait 39 degrés à Bordeaux. Ici, il fait 27. »

Pour Jean-Louis Triaud et son homologue parisien Nasser Al-Khelaïfi, absent au Gabon, le Trophée des champions n’est pas non plus une mauvaise affaire financièrement. L’argent des recettes sera en effet reversé aux deux clubs, même si le mystère demeure sur la prise en charge du déplacement. Par ailleurs, le Gabon a financé ce Trophée des champions à hauteur de 800 000€ et l’achat des droits TV de cette rencontre par la chaîne BeIn Sport est évalué à 500 000€. La LFP ne sera pas déficitaire sur cette édition du Trophée des champions. Une grande première. Comme quoi, le Gabon a vraiment du bon.

A lire aussi :

OM - Morel suspendu un match

Pedretti : « Quelque part, c’est un départ à l’étranger »

Courbis : « Le football français attire »

Aurélien Brossier avec GB et LB à Libreville