RMC Sport

Un Bordeaux sans corps

-

- - -

Toulouse s’est emparé du derby de la Garonne face aux Girondins de Bordeaux (2-1) qui continuent à inquiéter en ce début de saison.

Après Marseille samedi puis Lyon ce dimanche, Bordeaux a rejoint la cohorte des favoris battus lors de cette deuxième journée du championnat de France. Les Girondins ont chuté sur leur pelouse face à Toulouse (1-2), pour la deuxième fois d’affilée après leur revers initial face à Montpellier (0-1), dimanche dernier. La défaite ne souffre pas vraiment de contestation. Les joueurs de Jean Tigana n’ont jamais su s’affirmer.

Le temps où le stade Jacques Chaban-Delmas était encore imprenable semble bien loin. Tigana ou pas, Bordeaux est resté sur les mêmes bases qu’en 2010 : celles d’une équipe quelconque qui multiplie les erreurs défensives, n’arrive plus à créer le danger et accumule les défaites. En face, Toulouse est resté fidèle à son plan, le même depuis la nomination d’Alain Casanova en 2008 : défendre bas, et s’affirmer en contre-attaque. Des principes qui permettent à Toulouse de remporter son premier derby de la Garonne (2-1) depuis 2003.

Didot crucifie les Girondins

Bordeaux a largement eu le contrôle du ballon (57% sur le match). Mais il n’a seulement pas su quoi en faire, ou manquait d’adresse pour convertir ses quelques bonnes séquences. Deux têtes de Wendel (8e) et Fernando (45+2) au-dessus et une frappe dévissée de Plasil (39e) ont été les seuls temps forts bordelais de la première période. Toulouse s’est montré plus précis, notamment grâce à Xavier Pentecôte. L’ancien Bastiais a servi Machado qui a frappé au pied du poteau (9e) puis sollicité Olimpa après une belle série de dribbles et une frappe croisée (13e).

Les Haut-Garonnais ont pourtant reculé et baissé de pied ensuite à la sortie sur blessure (genou) de Pentecôte, remplacé par Mansaré (19e). Mais paradoxalement, alors qu’on pensait que Bordeaux pouvait prendre le dessus, Braaten (45+3, 1-0) a ouvert le score sur un bon service dans la profondeur de Moussa Sissoko.

Mené à la mi-temps, Bordeaux a réagi d’entrée au retour des vestiaires. Sur un bon mouvement initié par Benoît Trémoulinas –l’un des seuls girondins au diapason –, un centre de Cavenaghi était repris d’une belle talonnade par Jaroslav Plasil (48e, 1-1) qui égalise. Moins solides collectivement, les Bordelais n’ont pas trouvé leur second souffle pour inquiéter leurs adversaires. Toulouse en a profité. Mansaré a joué astucieusement un coup-franc dans le dos du mur des Grenats et trouvé Etienne Didot, qui glisse le but de la victoire entre les jambes d’Olimpa, à huit minutes de la fin. Plus rien ne sera marqué : le TFC est au sommet de la Ligue 1.

Paul Basse