RMC Sport

Un parfum de retrouvailles

Francis Gillot

Francis Gillot - -

Bordeaux-Sochaux (17 h) aura une saveur particulière pour Francis Gillot et Nicolas Maurice-Belay. Tous deux Doubistes l’an passé, l’entraîneur et le joueur ont mis le cap sur l’Aquitaine cette saison.

Nul doute qu’ils s’en souviennent. 7 mai 2011, 34e journée, les Lionceaux enchaînent un sixième match sans défaite en allant gifler Bordeaux sur leurs terres (0-4). Maîtres du ballon, séduisants collectivement et efficaces devant, les Sochaliens finissent la saison en trombe jusqu’à atterrir à la 5ème place en fin d’exercice 2011. Emmené par la révélation Marvin Martin, ce Sochaux-là est une des attractions les plus plaisantes de Ligue 1. Après ce camouflet subi à domicile et acté au bout d’une demi-heure de jeu, Jean Tigana quitte ses fonctions d’entraîneur des Girondins. Son bourreau : Francis Gillot, alors coach du FC Sochaux et désormais successeur de Tigana à Bordeaux. Sur le terrain, Nicolas Maurice-Belay se trouvait alors chez les vainqueurs, avant de suivre son entraineur en Gironde.

Les deux hommes ont donc rendez-vous avec leur ancien club au stade Chaban-Delmas dimanche. Des retrouvailles entre « ex » que Francis Gillot avait déjà vécues lorsqu’il avait quitté le RC Lens en janvier 2008 pour rejoindre Sochaux. « J’ai eu le même scenario quand je suis parti de Lens pour aller à Sochaux, confie l’entraîneur bordelais. Ça fait plaisir de revoir les gens et c’est aussi un peu bizarre d’avoir à parler des joueurs en face. Ils sont une vingtaine à bien me connaitre, à connaitre mes principes de jeu. J’espère qu’on ne fera pas le même match, que cette fois la tendance sera inversée».

Un petit match dans le match

Pour Nicolas Maurice-Belay, qui avait contribué à la victoire sochalienne en Gironde en mai dernier, la rencontre sera aussi l’occasion de rivaliser de joutes verbales avec d’anciens camarades. «On a commencé à se chambrer dès vendredi. Je m’entends très bien avec Kévin Anin, donc il y aura un petit match dans le match, s’amuse l’ailier gauche. L’année dernière, c’était un grand moment. On avait rarement vu une équipe inscrire quatre buts à l’extérieur en si peu de temps. Cette fois, ça va faire bizarre, je vais jouer contre mes anciens coéquipiers comme quand on s’affronte entre nous à l’entrainement. Je sais qu’ils vont peut-être m’attendre sur certaine choses, donc je vais devoir m’adapter. »

S’adapter, notamment, à jouer face à Marvin Martin, qui avait distillé à l’époque trois passes décisives sur les quatre réalisations sochaliennes. Francis Gillot et Nicolas Maurice-Belay savent donc mieux que quiconque à quoi s’attendre.