RMC Sport

Valbuena : « Il faut croiser les doigts… »

Mathieu Valbuena

Mathieu Valbuena - -

Après le départ de Brandao, le milieu de terrain de l’OM espère que son équipe ne sera pas handicapée par les blessures dans les prochaines semaines. Sans quoi, la course au titre pourrait devenir compliquée pour le club phocéen.

Mathieu Valbuena, comment vous sentez-vous ?

Je commence à être bien. Physiquement, ça va. Je suis prêt pour les deux mois de compétition qui restent. Ça va être très important.

Comment avez-vous vécu le départ de Brandao à Cruzeiro ?

Ça nous fait une solution en moins. Il faut croiser les doigts pour qu’on n’ait pas trop de pépins physiques. Il faut finir le championnat du mieux possible. L’an passé, c’est lors du sprint final qu’on a fait la différence. Ce n’est jamais évident de perdre un coéquipier. Ça faisait trois ans qu’il était au club. On appréciait le bonhomme. Maintenant, c’est comme ça. Il faudra faire avec. J’ai eu beaucoup d’émotion en le voyant partir. C’est quelqu’un avec qui je parlais énormément. Je l’appréciais beaucoup. On avait pas mal d’affinités. Je lui ai souhaité bonne chance pour la suite de sa carrière au Brésil. J’espère que ses histoires se régleront et qu’il réussira sportivement.

« Lens ne nous réussit pas beaucoup »

Quelles sont vos ambitions pour cette fin de championnat ?

On a envie de garder notre titre. Maintenant, il y a Lille devant. Ils ont une cadence assez élevée. Ils jouent très bien. Et même quand ils jouent moins bien, ils gagnent quand même. Ils ont la réussite de marquer dans les dernières minutes et d’avoir des faits de jeu en leur faveur. J’espère que ça ne sera pas la chance du futur champion. Mais on est là. Il reste dix matches. Il y a beaucoup de points à prendre. Il va falloir être réguliers. A commencer par ce match de Lens (dimanche à 21h). Un déplacement qui ne nous réussit pas beaucoup depuis quelques temps. J’espère qu’on ira gagner là-bas.

A quel poste préférez-vous évoluer sur le terrain ?

Je l’ai toujours dit. Le poste que j’affectionne, c’est n°10, en soutien de l’attaquant. Maintenant, j’ai toujours évolué sur le côté droit. Ça ne m’a jamais dérangé. J’y ai fait de bons matches. Depuis que je suis à Marseille, j’ai joué à tous les postes offensifs. Il faut se mettre au service du collectif.

Propos recueillis par Florent Germain