RMC Sport

Violences dans les stades : la lutte s’intensifie

-

- - -

Les acteurs de la lutte contre le hooliganisme dans le football tiennent actuellement un séminaire, au Stade Vélodrome de Marseille. L’occasion de faire le point sur la situation des supporters parisiens et marseillais, et sur l’abandon envisagé des grillages à compter de l’Euro 2016.

Depuis le début de la saison, 320 personnes ont été interpellées dans ou aux abords des stades de Ligue1. Près de cinq fois moins en Ligue 2. Résultat : 184 supporters ont été interdits de stade. Parmi les infractions les plus courantes, le jet de fumigènes, le port d’armes ou encore l’usage de stupéfiants sont constatés. Des faits de racisme très récents ont également mené à des interpellations, notamment chez les supporters lyonnais. D’où la tenue de ce séminaire entre les différents acteurs de la lutte contre le hooliganisme dans le football. Une réunion au sommet qui s’est notamment attardée sur les déplacements des supporters parisiens et marseillais dans le cadre des « clasicos » OM-PSG, ainsi que sur un éventuel retrait des grillages dans les stades.

Des OM-PSG sans supporters jusqu’en 2014 ?

Depuis 2010, les supporters marseillais et parisiens sont interdits de déplacement. Selon Antoine Boutonnet, chef de la division nationale de lutte contre le hooliganisme, c’est l’option la plus efficace pour éviter les affrontements. « Nous voulons un apaisement complet dans les tribunes. Pour l’instant, la meilleure solution est d’interdire les déplacements. Il faudra qu’on ait suffisamment d’éléments pour être certain que les rencontres se dérouleront sans incidents. » La tendance n’est d’ailleurs pas à l’optimisme. « Avec les travaux de rénovation, le Stade Vélodrome ne peut accueillir que 400 supporters visiteurs, explique Florent Crouhy, référent violence au Parquet de Marseille. Ça me semble compliqué de voir des Parisiens à Marseille sur la période de travaux. » La fin du chantier étant prévue pour l’été 2014, les « clasicos » OM-PSG pourraient donc se tenir jusqu’à cette date sans la présence des supporters adverses…

L’abandon des grillages à compter de l’Euro 2016 ?

L’un des objectifs de cette lutte contre la violence est d’arriver, à partir de l’Euro 2016, au retrait des grillages dans les stades de l’hexagone. Dans le cas échéant, à la mise en place de mini-grillages d’1 mètre, selon la norme UEFA en vigueur. « Je ne suis pas sûr qu’on y parvienne, admet Crouhy. Mais le travail d’éviction des hooligans fait par les clubs et la police a pour but que les supporters se trouvent au plus près des joueurs.» Vers une augmentation du prix des places, à l’image de ce qui a été fait en Angleterre ? « Nous ne sommes pas dans cet optique, rétorque le référent violence sportive au Parquet de Marseille. Nous ne voulons pas aller au stade comme si on allait au théâtre. Nous voulons conserver ce brassage des milieux sociaux dans les stades. »

Le titre de l'encadré ici

|||

Des supporters niçois et marseillais sous surveillance

Depuis la loi du 14 mars 2011, les autorités ont le pouvoir de suspendre, voire dissoudre un groupe de supporters. Le 13 septembre dernier, les Ultras marseillais s’étaient associés à des supporters de l’AEK Athènes pour le déplacement à l’Olympiakos. Une alliance douteuse qui a poussé le Préfet de Police à envoyer une lettre d’avertissement aux Ultras, désormais sous haute surveillance. La BSN (Brigade Sud de Nice) a, elle, été purement et simplement dissoute la saison passée. Deux supporters du Gym ont également été interdits de stade pendant deux saisons après la rencontre OM-Nice. Mais la situation pourrait s’empirer. « Il n’est pas exclu qu’une interdiction de déplacements à venir des supporters niçois soit prononcée », a prévenu Antoine Boutonnet, chef de la division nationale de lutte contre le hooliganisme.

Une alliance douteuse qui a poussé le Préfet de Police à envoyer une lettre d’avertissement aux Ultras, désormais sous haute surveillance.