RMC Sport

Wantiez soutient Bazdarevic

-

- - -

Malgré les rumeurs faisant état de contacts entre Index, l’actionnaire majoritaire du GF 38, et Philippe Troussier, le directeur général du club isérois réaffirme sa volonté de poursuivre l’aventure avec Mecha Bazdarevic.

Pierre Wantiez ne cache pas sa lassitude. Au fil des défaites grenobloises (10 autant de journées), le directeur général délégué du GF 38 ne cesse de réaffirmer sa confiance en son entraîneur, Mecha Bazdarevic, à chaque sortie médiatique. Deux jours après une défaite à domicile contre Nancy (1-2), c’est une nouvelle rumeur qu’il doit s’efforcer de démentir : les contacts entre Philippe Troussier et l’actionnaire principal, Index.

Selon Wantiez, le groupe japonais devrait répondre à ces informations « de manière très simple » dans la journée de mardi, sans doute par l’intermédiaire de Kazutoshi Watanabe. « Il ne peut y avoir de changement d’entraîneur que si c’est mieux que ce que l’on a, ajoute-t-il. Ça n’a pas de sens de changer pour changer. S’il s’avérait qu’on se mettait à douter du travail ou des capacités de Mecha Bazdarevic, on en tirerait les conséquences, mais ce n’est pas le cas. »

Le directeur général du club isérois ne cache pas qu’à l’instar de Philippe Troussier, actuellement entraîneur du FC Ryukyu, en troisième division japonaise, beaucoup d’entraîneurs ont proposé leurs services. « Aucun ne nous paraît être plus à même que Mecha pour faire avancer l’équipe, estime-t-il. Je ne pense pas beaucoup me tromper en disant que même si Index peut ne pas être satisfait des résultats, ils ne sont pas en désaccord sur l’analyse que l’on fait des autres aspects. » La formule traduit malgré tout de même une certaine incertitude...

Dans les couloirs du club isérois, on assure que la nouvelle liant Philippe Troussier au GF 38 a « fait sourire » les dirigeants français. Et que le salaire de l’ancien entraîneur de l’OM serait dans tous les cas beaucoup trop élevé pour la lanterne rouge du championnat.

C.Z. (RMC Sport)