RMC Sport

Anderson : « Le Barça a eu peur du PSG »

Sonny Anderson

Sonny Anderson - -

Ancien joueur de Barcelone, Sonny Anderson a analysé dans Larqué Foot la performance des Blaugrana face au PSG en quarts de finale de la Ligue des champions. Selon le Brésilien, le Barça a perdu de sa superbe et se dirige vers une élimination contre le Bayern Munich.

Sonny, peut-on considérer que les grandes années du Barça sont derrière lui ?

Derrière, non. Mais quelque chose est en train de changer parce qu’à force de faire souvent jouer les mêmes joueurs pendant 4-5 ans, cela m’inquiète un petit peu dans le sens où l’on ne voit pas vraiment de joueurs arriver de la fameuse Masia du Barça que l’on connait tous. Quand on regarde le manque actuel de défenseurs au Barça, on fait jouer Xavi un match sur deux, Messi est obligé de prendre des risques… Je ne m’inquiète pas pour l’avenir de Barcelone, peut-être pour dans un ou deux ans. Mais aujourd’hui, effectivement, Barcelone n’est pas le Barcelone d’il y a un an.

Selon vous, la relève n’est donc pas assurée ?

En tout cas, elle n’est pas mise en évidence comme avait fait Pep Guardiola au début. Je me souviens de matches où Guardiola lançait souvent des joueurs. On n’a pas beaucoup vu ces joueurs lancés par Pep Guardiola comme Montoya, ou Thiago Alcantara qui n’a pas fait énormément de match cette année, et qui est un très bon milieu de terrain. Il n’a pas été utilisé parce qu’ils ont souvent joué avec les mêmes joueurs. Notamment au milieu de terrain, cela n’a pas beaucoup changé. Par exemple, Alexandre Song qui vient à Barcelone et qui aurait pu donner un coup de main, n’a pas beaucoup joué. Il n’y a pas eu beaucoup de turn-over dans l’équipe. Ce sont toujours les mêmes qui jouent, et aujourd’hui, je pense qu’ils sont en train de le payer physiquement.

Ne pensez-vous pas que Xavi et Andrès Iniesta commencent à prendre de l’âge ?

Andrès Iniesta, ça va encore. Mais c’est vrai que Xavi commence à avoir des problèmes physiques. On peut vieillir au niveau de l’âge, mais si cela n’atteint pas le physique, on peut encore jouer. Mais là, Xavi commence à avoir des problèmes musculaires, des problèmes au genou, c’est un peu plus embêtant.

Pensez-vous qu’il faille sortir de la Masia pour bien s’intégrer au jeu du Barça ?

Ce qui se passe au Barça, c’est qu’ils veulent que toutes les catégories d’équipe jouent comme la première équipe, et que ce soit la même chose dans le style de jeu et dans les entraînements. Mais si le style de jeu est le même, peut-être que la qualité de jeu n’est pas la même. On ne peut pas mettre les jeunes joueurs dans les gros matches parce qu’ils n’ont pas encore la maturité dans le jeu qu’ont Andrès Iniesta, Xavi et Busquets. Ceux-là ont grandi ensemble. Peut-être que ceux qui sont à la Masia vont grandir ensemble et que dans 2-3 ans, ils seront les Iniesta et les Xavi d’aujourd’hui.

Êtes-vous en train de dire que malgré le projet commun de toutes les catégories en termes de jeu, ce qui fait la différence à un moment donné, c’est la qualité individuelle ?

Effectivement, partout dans le monde, tout le monde a essayé de ressembler à Barcelone mais ils n’ont pas les mêmes joueurs, ils n’ont pas les mêmes qualités. Et à la Masia, c’est difficile de trouver un Iniesta ou un Xavi. Même si Thiago Alcantara est un bon joueur, ce n’est pas encore Iniesta ou Xavi. Même Alexandre Song a du mal. C’est un très bon joueur, on le sait, mais il a du mal à s’adapter à ce jeu de Barcelone. Mais effectivement l’individualité dans ce club, dans ce style de jeu compte. Il y a une philosophie de club qui ne changera jamais. L’institution est plus forte que tout, cela ne va jamais changer, les joueurs sont obligés de s’adapter au style qui a toujours été celui de Barcelone.

N’avez-vous pas l’impression que le Barça est de plus en plus dépendant de Lionel Messi ? Cela a été flagrant contre le PSG…

Je pense que contre le PSG, ils étaient obligés d’admettre qu’il y avait une Messi-dépendance. Avant, ils disaient tous que le collectif était plus fort à Barcelone. Là, on a vraiment senti qu’ils avaient besoin de Messi. C’est pour cela qu’ils ont pris des risques parce que l’on sait très bien qu’un joueur qui a un petit problème musculaire, qui est sur le banc et qui rentre, c’est un énorme risque. Il ne s’échauffe pas comme les autres, il y a de la tension sur le banc. Il y a beaucoup de choses qui font qu’il peut entrer en jeu et se blesser tout de suite. Ils ont pris un risque parce qu’ils avaient peur. Pour la première fois depuis longtemps, j’ai senti que Barcelone avait peur d’une équipe. Ils avaient peur du PSG.

Quelle est l’influence de Messi sur le terrain ?

Il ne s’agit pas du jeu de Barcelone mais plutôt de ses adversaires parce que l’on a vu que la rentrée de Messi a fait reculer le PSG. Quand on regarde le changement, ils l’ont tous dit. Quand Messi est rentré sur le terrain, ils ont retrouvé de la confiance, ils sentaient qu’ils pouvaient gagner le match. On sait très bien que quand on joue et qu’il y a un grand joueur à côté, on le regarde, on se fait confiance, on est confiant, on ne doute pas parce qu’il est à côté. Et c’est le cas pour les joueurs du Barça. Quand il voit jouer Messi, ils sont confiants.

Barcelone peut-il remporter la Ligue des champions ?

Parmi les équipes qualifiées pour les demi-finales, aujourd’hui Barcelone est peut-être celle qui a le moins de chances de passer. Dans ce carré final, 2 équipes peuvent les mettre en difficulté. Il s’agit du Bayern Munich et du Real Madrid. Il y avait aussi le PSG. J’ai toujours pensé qu’en Europe, il y avait 3 équipes capables de gêner le Barça par rapport à leur style de jeu. Etant donné que Barcelone, c’est comme la sélection espagnole, ils n’aiment pas les joueurs qui vont percuter balle au pied et qui vont vite. Le Real a ce genre de joueurs, le Bayern les a, le PSG aussi. C’est pour cela que le PSG a failli passer. Malheureusement, Messi est entré en jeu et a fait la différence. Je ne sais pas comment Barcelone va pouvoir reconstruire une défense en 10 jours pour battre le Bayern. J’ai un peu de mal à l’imaginer.

A lire aussi :

- Bayern-Barça, une finale avant l’heure

- Larqué : « Ce Bayern n’a pas encore marqué l’histoire du foot »

- Courbis : « Pas un exploit de marquer face au Barça »