RMC Sport

Arsenal subit la loi du Bayern

Tony Kroos, premier buteur du soir

Tony Kroos, premier buteur du soir - -

Largement dominateur sur la pelouse d’Arsenal (3-1), mardi en 8e de finale aller de Ligue des champions, le Bayern a quasiment assuré sa qualification pour les quarts avant même le match retour, le 13 mars. Les Bavarois ont tout simplement fait respecter la loi du plus fort.

Arsenal aura donc mis fin à la série d’invincibilité de Manuel Neuer. Après six matches sans voir ses filets trembler, le portier bavarois s’est troué sur corner mercredi, permettant à Lucas Podolski d’inscrire son quatrième but dans la compétition (55e). Mais c’est bien là le seul mérite des Gunners, en souffrance sur leur pelouse et qui voient leurs espoirs de qualifications sérieusement compromis après ce huitième de finale aller de Ligue des champions (3-1).

A l’Emirates, le Bayern a justifié son statut de grandissime favori. A un point que même le plus pessimiste des supporters des Gunners n’aurait sans doute pas imaginé. Sans forcer leur talent, les Bavarois ont assommé leurs hôtes. Avec une efficacité méthodique. Et une aisance déconcertante. Effrayante presque, en première période, où les leaders de Bundesliga ont survolé les débats pour s’envoler au score… sans avoir subi la moindre frappe.

Une première depuis 2001

Servi à l’entrée de la surface par Müller, Tony Kroos ouvre les hostilités dès la 7e minute, d’une superbe demi-volée piquée. Un premier coup de massue sur la tête des Gunners, qui n’ont même pas le temps de retrouver leurs esprits que Müller, opportuniste sur une tête de van Buyten, porte le coup de grâce (21e). La forme éblouissante du Bayern présageait une soirée difficile pour les locaux. Pas un tel massacre. Heureusement que le sort s’en mêle en deuxième période où ce corner injustement accordé, conjugué à la très mauvaise sortie de Neuer, permet à Podolski d’offrir un nouvel élan aux siens.

Mais l’embellie est de courte durée. Si Giroud, sur son premier ballon, est à deux doigts d’égaliser d’une belle reprise (72e), la logique ne tarde pas à reprendre ses droits. Mandzucic, à bout portant, permet finalement au score de coller comme il se doit à la physionomie du match (77e), achevant un suspense déjà plus que limité avant le match retour (13 mars). Le Bayern n’avait pas gagné en Angleterre depuis 2001 (à Old Trafford, en quart de finale). Malheureusement pour Arsenal, la démonstration est à la hauteur de l’attente.

A.T.