RMC Sport

Auxerre ne fanfaronne pas

Benoît Pedretti

Benoît Pedretti - -

En difficulté en championnat, le club bourguignon est en danger en Russie où il affronte ce mardi (18h30) le Zénith Saint-Pétersbourg en barrage aller de la Ligue des champions.

« Si on entame le match comme face à Brest (1-1), ça va être très compliqué pour l’AJA. » Jean Fernandez est lucide. Le coach auxerrois sait que son équipe devra sortir un très grand match pour repartir avec un bon résultat de Saint-Pétersbourg où l’AJA affronte le Zénith lors du barrage aller de la Ligue des champions.
Actuellement en tête du championnat russe après 17 journées, la formation de Luciano Spalletti, invaincue, est en pleine possession de ses moyens : « Leur objectif n’est pas d’intégrer la phase de poules mais d’aller le plus loin possible en Ligue des champions », argumente Fernandez. « Ce qu’on a vu sur vidéo, c’est très, très fort, soupire Benoît Pedretti. Le Zénith est une bonne équipe mais elle peut devenir une grande équipe européenne, surtout avec la crise qui touche actuellement les clubs espagnols ou italiens. Le Zénith a encore beaucoup d’argent et peut créer la surprise. »

Pedretti : « A deux matches d’un réel exploit »

Sauveur de son équipe samedi à Brest (1-1), le capitaine icaunais sait que sa formation ne part pas favorite face aux vainqueurs de la Liue Europa 2008. Malmenée par les Bretons durant une heure samedi, le club bourguignon ne totalise que deux points en deux matches. L’AJA est surtout très loin du niveau affichée il y a quelques mois lorsqu’elle avait fini la saison en boulet de canon. Du coup, pour son 101e match en Coupe d’Europe, Auxerre la joue profil bas : « On est à deux matches d’un réel exploit, de quelque chose d’extraordinaire pour le club, confie Pedretti. Faisons en sorte de préserver nos chances pour le match retour (le 25 août). On a disputé 38 journées pour vivre ce genre de match. Ne gâchons pas tout. »
Pour créer la sensation au stade Petrovskiy, l’équipe icaunaise pourra compter sur les retours d’Oliech et Mignot, ménagés samedi dans le Finistère. Prudente, elle ne partira pas la fleur au fusil, Jean Fernandez : « Il faut profiter et ne surtout pas avoir de regret après le match retour. On ne va pas reculer. On va foncer. »

AB et LB