RMC Sport

Blanc : « Une bonne leçon »

Laurent Blanc

Laurent Blanc - -

Laurent Blanc estime que ses joueurs ont livré une prestation trop moyenne pour espérer l’emporter contre Anderlecht (1-1), mardi soir. L’entraîneur du PSG espère que ses joueurs sauront s’en souvenir pour les futures échéances.

Laurent, votre équipe a-t-elle manqué d'envie ?

Non, je ne dirais pas ça. On a été trop moyen dans tous les domaines. On a eu beaucoup de déchet technique, ce qui ne nous était pas arrivé depuis un certain temps. Malgré ça, on s’est quand même procuré pas mal d’occasions, donc on a aussi fait preuve de maladresse devant le but. Ça nous rappelle qu’avant de parler de victoire ou de combien de buts on va marquer, il faut gagner sur le terrain. Ce soir (mardi), Paris a été trop moyen pour gagner. C’est la réalité, même si on a eu des opportunités. Anderlecht a été récompensé de son match. C’est une équipe qui a été très courageuse et organisée. Je trouve que c’est une bonne piqûre de rappel. Les joueurs se sont investis physiquement et ils sont d’ailleurs très fatigués, mais ça ne suffit pas.

Aviez-vous vu venir cette prestation moyenne ?

Avant un match comme ça, le staff technique essaie d’expliquer qu’il faut arriver fin prêt pour le gagner. Et on a un environnement qui se demande combien de buts on va en marquer à Anderlecht. Inconsciemment, tu te dis peut-être qu’il suffit de rentrer sur le terrain pour gagner. S’il y a 2-0 pour Paris au bout de 20 minutes, il n’y a rien à dire. Mais le problème, c’est qu’on n’a pas marqué ces buts-là. Après, les joueurs d’Anderlecht ont pris confiance et ont ouvert le score sur leur seule occasion. Et sincèrement, si on n’avait pas marqué dans les cinq minutes suivantes, je pense qu’on aurait pu perdre. C’est une bonne leçon.

« Pas un problème mental »

Le fait d'égaliser tout de suite après le but d'Anderlecht n'est-il pas le signe que la défaillance a été avant tout mentale ?

C’est possible mais c’est peut-être Anderlecht qui s’est relâché mentalement après avoir marqué son but. On a su en profiter et on aurait pu en marquer un second. Je ne vais pas dire que mon équipe a fait preuve de carences au niveau mental car on a montré des qualités au-dessus de la moyenne dans ce domaine depuis le début de la saison. On a été mauvais dans d’autres domaines.

Votre équipe est beaucoup encensée depuis plusieurs semaines. Vos joueurs se sont peut-être laissé bercer par ces discours...

On ne peut rien contre ça. Hier (lundi), quand je suis venu en conférence de presse, j’ai dit que c’était le match le plus important de cette phase de poule et vous (les journalistes) aviez tous un sourire en coin en disant : « Mais qu’est-ce qu’il nous raconte ? » Vous faites votre métier mais il faut se méfier de ça. Si on écoute tout ce qu’il s’est dit sur le jeu du Paris Saint-Germain, sur son milieu de terrain, son entraîneur, il n’y a qu’à rentrer sur le terrain pour gagner le match. Mais les autres équipes, qu’est-ce qu’elles font ? Il faudra s’en souvenir parce que, samedi contre Nice, ça va être pareil.

A lire aussi :

>> Paris, l'accroc surprise

>> PSG-Anderlecht : les notes des Parisiens

>> Benarbia : « Ça fait réfléchir… »

La rédaction