RMC Sport

Chelsea-PSG, le match des milliardaires

Roman Abramovitch

Roman Abramovitch - -

Ce mardi, le PSG se déplace à Chelsea en quart de finale retour de la Ligue des champions. Une opposition entre Abramovitch et QSI, deux investisseurs milliardaires dont les procédés se ressemblent autant que leurs objectifs se distinguent.

Des transferts mirobolants

Roman Abramovitch et QSI (Qatar Sports Investments) n’ont pas lésiné lors de leur arrivée respective à Chelsea en 2003 et au PSG 2011. Le milliardaire russe investit plus de 172 millions d’euros dès son premier mercato. Les Blues font main basse sur Makelele, Mutu, Veron, Crespo, Duff. 

Du côté du PSG, les dirigeants qataris dépensent plus 100 millions d’euros. A leur arrivée, le club de la capitale a déjà commencé son mercato en recrutant Gameiro et Douchez. L’arrivée des Qataris poursuit la tendance avec les signatures de Matuidi, Ménez, Bisevac, Pastore, Sirigu, M.Sissoko, Lugano. Les deux clubs vont également rapidement s’attacher les services d’un nouveau coach de renom. José Mourinho, champion d’Europe avec Porto arrive à Londres à l’été 2004, Carlo Ancelotti remplace Antoine Kombouaré à Paris dès le premier mercato d’hiver suivant l’arrivée de QSI. 

Des ascensions fulgurantes

Après l’arrivée de leurs nouveaux investisseurs, les deux clubs vont connaitre des résultats particulièrement similaires. Chelsea et le PSG terminent deuxièmes de leur championnat, à l’occasion du premier exercice, puis sont sacrés l’année suivante. Les Blues doublent la mise en 2005-2006. Selon toute vraisemblance, le PSG, qui compte 13 points d’avance sur Monaco à 6 journées de la fin du championnat, devrait imiter le club londonien cette saison. 

Des desseins différents

Si les destins des deux clubs se ressemblent depuis l’arrivée de nouveaux actionnaires, les moyens et les intentions profondes de ces derniers ne sont guère identiques. Roman Abramovitch est un oligarque russe ayant fait fortune dans l’industrie pétrolière. Il investit sa propre fortune estimée à 9 milliards d’euros. En 2003, Abramovitch rachète le club londonien pour son plaisir personnel, comme l’explique Rick Glanvill, historien de Chelsea : « Roman est un individualiste. C’est un homme qui a amassé beaucoup d’argent, on ne peut pas imaginer combien sa fortune est élevée. Avec cet argent, son rêve a toujours été d’acheter un très grand club de football parce qu’il aime briller, être au-devant de la scène, il aime la musique de la Ligue des champions, emmener tous ses amis au stade à Stamford Bridge, avoir une influence importante, c’est un énorme plaisir pour lui. » 

Du côté du PSG, les ressources viennent d’un fond d’investissement appartenant au Qatar, qui est propriétaire du club. Avec des fonds et des ressources inestimables, c’est un état extrêmement riche qui dirige le PSG. Avec le PSG, le Qatar cherche à améliorer sa notoriété et sa crédibilité à travers le monde du sport, et son influence d’une manière générale. Un autre volet de la volonté du Qatar de renforcer sa réputation via le sport, est ainsi l’organisation d’évènements tels que le Mondial de foot 2022, celui de hand en 2015, le tournoi ATP de Doha, un Grand Prix de MotoGP, ou encore un tour cycliste.

Un rayonnement national à deux vitesses

Après ses deux sacres en 2005 et 2006, Chelsea a vu Manchester United être titré à trois reprises avant de remporter de nouveau la Premier League en 2010, dernier titre domestique au palmarès. Car en championnat, la concurrence est rude avec de grosses écuries telles que United, City, Arsenal, Liverpool voire Tottenham. 

En France, le PSG est plus esseulé, bien que Monaco semble également capable, dans les prochaines saisons, de s’adjuger une part du gâteau. Le Français Christophe Lollichon, coach des gardiens de Chelsea, se confie ainsi sur cet écart de potentiel de rivalité et de notoriété : « Le PSG, c’est le club de la capitale. A Chelsea, ce n’est pas le club de Londres. Il y a quand même 13 clubs professionnels à Londres. Il y a une lumière autour de Paris, difficilement comparable avec les autres grands clubs européens. » A la bande de Thiago Silva de propager cette lumière au-delà des frontières, à présent.

A lire aussi :

>> Comment la presse européenne juge le PSG

>> En images : Mourinho, The Specialiste

>> PSG-Chelsea : L’essentiel du match aller

JBi avec MBo à Londres