RMC Sport

Fernandez : « Le PSG s’est fait bouffer physiquement et tactiquement »

-

- - -

Pour Luis Fernandez, membre de la Dream Team RMC Sport, le PSG a causé sa perte en quart de finale retour de la Ligue des champions en laissant Chelsea lui mettre une pression qu’il avait pourtant les moyens d'endiguer.

En position de force après sa victoire à l’aller (3-1), le PSG n’a pu rallier le dernier carré de la Ligue des champions en s’inclinant à Stamford Bridge (2-0) sur un but de Demba Ba dans les dernières minutes du match retour, mardi. « Dès le tirage au sort, je disais que ce ne serait pas facile face à Chelsea, explique Luis Fernandez, membre de la Dream Team RMC Sport et ancien entraîneur du club de la capitale. Cette équipe joue dans un championnat anglais relevé, avec de grosses écuries qui se rencontrent régulièrement. Ce n’est pas pour rien qu’on considère la Premier League comme le meilleur championnat européen.

Cette équipe de Chelsea n’est pas forcément plus forte que le PSG mais elle possède une expérience acquise au cours des années précédentes dans les compétitions européennes. On va me dire qu’ils ont un grand entraîneur et qu’ils avaient un résultat à remonter, ce qui leur a permis de mettre plus d’intensité, d’engagement et de physique. Mais à bien y regarder, les Parisiens avaient bien commencé ce match. Pendant 20-25 minutes, ils se sont mis en place, ils arrivaient à bien défendre et à contrôler pour essayer de ressortir. Et ils prennent un but sur une touche… C’est une erreur de concentration qui coûte cher alors qu’on sait que les Anglais maîtrisent remarquablement bien ces phases de jeu. Sur les coups de pied arrêtés, il faut être présent !

« Paris a vu ce qu'était une grosse cylindrée »

En seconde période, José Mourinho a tenté le tout pour le tout en alignant plusieurs attaquants et en laissant David Luiz seul au milieu. Le seul reproche que je peux faire au PSG, c’est d’avoir défendu en reculant. Quand tu avances, tu empêches les autres d’entrer dans ta surface de réparation. Paris a laissé Chelsea jouer des ballons longs sur Demba Ba ou Torres. Et dans ces cas-là, ils te mettent une énorme pression. Laurent Blanc avait pourtant laissé six ou sept cadres au repos le samedi précédent en championnat contre Reims (3-0). Mais le PSG s’est fait bouffer physiquement et tactiquement, même si ça se joue à des détails au final. Paris a pu constater hier soir ce qu’était une grosse cylindrée, qui a montré ses valeurs et son état d’esprit sur le terrain. »

A lire ici :

>> Blanc sera bien prolongé, mais pas sans conditions

>> PSG, autopsie d'un crash en quatre temps

>> Comment le PSG a encaissé l'échec en coulisses

La rédaction