RMC Sport

Hoffenheim-OL: Memphis presque héroïque, Tete catastrophique... les notes des Lyonnais

Mis en difficulté par ses errements défensifs, dominé dans les couloirs, l'OL a souffert, ce mardi soir face à Hoffenheim, et laissé la victoire lui échapper dans les toutes dernières secondes. Grâce à ses individualités, à l'image de Ndombele et Depay, ainsi qu'un Lopes concentré, la bande à Genesio a tout de même décroché le nul (3-3).

Lopes: 6

Lyon n'a pas gagné, certes, mais si l'OL repart d'Allemagne avec un point, c'est en partie grâce à lui. Une très belle première intervention sur un centre (18e), une sortie plus que nécessaire dans les pieds de Szalai (25e), et encore un arrêt important à la 38e. Moins sollicité au retour des vestiaires, il ferme tout de même l'angle sur une nouvelle frappe de Schulz (70e). Le portier ne peut en revanche rien faire sur les trois buts d'Hoffenheim.

Tete: 2,5

Aligné sur le côté droit de la défense rhodanienne en l’absence de Rafael et Dubois, le Néerlandais avait l’occasion de marquer des points dans l’esprit de Genesio et de remonter dans la hiérarchie. Mais son manque de temps de jeu et de repères s’est cruellement fait sentir. C’est simple, Tete a vécu un match cauchemardesque, quasi-systématiquement battu dans les un contre un.

Marcelo: 4

Peu aidé par des latéraux en souffrance une bonne partie du match, le Brésilien a tenté de tenir la baraque avec Denayer, sans faire de miracle. Un peu passif sur un joli mouvement d'Hoffenheim qui aurait pu déboucher sur un but (20e). Quelques relances approximatives.

Denayer: 4

Plutôt solide en début de saison, le Belge a semblé moins serein ce mardi, à l’image de son compère Marcelo. Il est un peu trop court sur le premier but d’Hoffenheim (33e), il couvre Belfodil sur une belle occasion adverse (65e), et se fait surprendre par Joelinton, peut-être hors-jeu, sur le dernier but allemand.

Mendy: 3,5

S'il a essayé d'apporter offensivement, il n'était en revanche pas dans un grand soir sur les attaques allemandes. Battu par son vis-à-vis sur l’égalisation (33e), et proche de provoquer un penalty pour un duel litigieux en fin de première période.

Ndombele: 6

Le nouvel international français est censé être en pleine confiance, mais ça ne s'est pas spécialement senti... jusqu'à la 59e, quand il a égalisé d'une lourde frappe malgré un angle fermé. Si sa justesse technique a été utile lorsque Lyon avait la balle, on aurait aimé le voir un peu plus impliqué dans les tâches défensives. Lâche complètement le marquage de Kramaric sur le premier but du Croate.

Tousart: 4,5 (remplacé par Ferri à la 82e)

Un match assez neutre du milieu défensif, souvent positionné très (trop?) près de la paire Marcelo-Denayer. Un retour important sur Kramaric, tout de même, en fin de première période, et un autre duel gagné face à l'attaquant à la 63e.

Aouar: 5,5

Sans faire un match exceptionnel, l'international espoirs a semblé, dans l'attitude, plus concerné que ses camarades du milieu de terrain. C'est lui qui sert Depay en profondeur sur le troisième but de l'OL (67e).

Traoré: 5 (remplacé par Diop à la 90e)

Après avoir manqué le cadre sur un beau service de Ndombele (3e) et gâché un quatre contre trois quelques minutes plus tard (9e), le Burkinabé a profité de l’inattention de la défense allemande pour ouvrir le score en renard (27e) et se rattraper. Mais ce but sauve à peine une copie brouillonne. Lit très mal la trajectoire du ballon sur la seconde réalisation allemande.

Depay: 6,5 (remplacé par Dembélé à la 80e)

Aligné à la pointe de l'attaque de l'OL, il a tout fait à l'envers, ou presque, pendant une heure. Et puis, à la 67e, il s'est bouché les oreilles après avoir offert aux Lyonnais le troisième but, celui qui aurait pu déboucher sur la victoire, en concrétisant superbement, en solitaire, une ouverture d'Aouar. Parfois énervant, parfois brillant. Du Memphis Depay, en somme.

Terrier: 3,5

Une titularisation surprise à la place de Moussa Dembélé - sa toute première en Ligue des champions - dont il n'a pas franchement profité. Sevré de ballons sur le côté gauche, il a souvent couru à contre-temps. Un mauvais choix en première période (28e), et un autre à la 70e, lorsqu'il envoie une frappe toute molle dans les gants de Baumann alors que Depay semblait libre.

CC