RMC Sport

Jean-Michel Aulas : « Le PSG, l’OM et l’OL, une garantie pour la France »

Jean-Michel Aulas

Jean-Michel Aulas - -

Jean-Michel Aulas est ravi de la 3e place de l’OL derrière le PSG et l’OM en Ligue 1, qui est synonyme de qualification pour le 3e tour préliminaire de la Ligue des champions. Le président lyonnais retient Clément Grenier. Un peu moins Lisandro.

Jean-Michel Aulas, comment accueillez-vous cette qualification de l’OL pour le troisième tour préliminaire de la Ligue des champions ?

Je pense que la France soit potentiellement représentée en Ligue des champions par Paris, Marseille et Lyon est une garantie pour tous les clubs français d’avoir des points pour le coefficient UEFA. Et ça, c’est important pour faire en sorte que dans le futur, la France ait plus de clubs qualifiés. Il faut aussi bien prendre en compte que l’OL vient de se qualifier pour la 17e fois de suite en Coupe d’Europe. Je pense que vous (les médias, ndlr) ferez tous un titre là-dessus demain. C’est exceptionnel. Il n’y a que quatre autres clubs en Europe, dans les grands championnats, qui ont cette performance. Cela traduit une régularité exceptionnelle. Si on se qualifie pour la Ligue des champions, ce que j’espère, ce sera la 13e qualification en 14 ans. Ça aussi, c’est exceptionnel.

Comment allez-vous préparer la prochaine saison ?

On a deux tours à préparer (3e tour préliminaire et barrages). Les moyens qui vont être mis en œuvre vont être bien sûr liés au fait qu’on n’a pas de certitude d’être en Ligue des champions. Mais on a un certain nombre de convictions. La première, c’est qu’on a un entraîneur qui réussit bien. Je veux lui tirer un grand coup de chapeau. Si on en est là ce soir (dimanche), c’est grâce à Rémi Garde, à son staff. Et grâce aussi à une génération de jeunes joueurs qu’on va tout faire pour garder. On va aussi faire en sorte de donner la possibilité à certains joueurs qui ont émis l’idée de partir, de pouvoir le cas échéant de trouver chaussure à leur pied. Tout ceci va permettre de construire un budget, avec deux hypothèses. L’une avec la Ligue des champions, l’autre avec la Ligue Europa.

Comment voyez-vous l’intersaison ?

Je vois Rémi (Garde) mercredi. J’ai l’intention de lui proposer un certain nombre de choses. Il faut qu’on puisse d’abord discuter. J’aurai évidemment Bernard Lacombe au bout du fil entre temps. Le problème, c’est qu’on sait qu’il faudra trouver des ressources si on veut garder cette place qualificative pour la Ligue des champions dans le futur. C’est mon travail de faire en sorte qu’on puisse avoir des fonds propres et des ressources avec des partenaires en attendant la construction du stade. Les clubs allemands viennent de démontrer très concrètement ce qu’il faut faire pour les clubs français. Construire des stades en propriété. Et non en PPP (partenariat public-privé), parce que cela coûte plus cher à la collectivité et que ça ne rapporte rien aux clubs.

Lisandro semble avoir fait ses adieux…

Rien n’est décidé. Lisandro est sous contrat. Anthony Réveillère est en fin de contrat, on lui a fait des propositions. On a fêté son 400e match en lui offrant un beau maillot avec le numéro 400. Les discussions vont s’entamer. Evidemment, j’ai vu que Lisandro était très ému. Je l’étais aussi, parce que je l’aime beaucoup. C’est vraiment un joueur atypique. Il veut jouer exclusivement, essentiellement, avant-centre. A moins de modifier les règles de la FIFA et d’avoir plusieurs avants-centres qui jouent en même temps… Il va falloir discuter. Mais on va tout faire pour le convaincre de rester avec nous dans le futur. Mais il fait partie des joueurs qui sont susceptibles de partir, d’autant plus qu’il aura certainement des offres intéressantes. 

Le dossier de la prolongation de Clément Grenier paraît délicat…

Tous les dossiers sont délicats. J’ai 25 années de négociation. Ça forge le caractère. Ça crée quelquefois des déterminations et des états d’âme. Clément m’avait dit que pour lui, la priorité était d’envisager de jouer la Ligue des champions. J’ai lu dans la presse qu’il savait ce qu’il valait. Ce qu’il a fait à Nice et contre Rennes démontre qu’il a beaucoup progressé. Il va faire partie des dossiers importants. On est parti sur une stratégie avec de la formation, avec beaucoup de jeunes. Si on doit faire les efforts, on les fera plus sur les joueurs qui ont été formés à Lyon parce que cela crée une relation avec le public qui donne de la force, de la consistance à la famille OL. Quand on a des dirigeants qui sont des entrepreneurs, on peut imaginer que les choix seront pertinents pour continuer sur cette ligne directrice qui fait qu’on est européen pour la 17e fois et que c’est du jamais-vu en France.

Craignez-vous que la course à la Ligue des champions devienne encore plus dure la saison prochaine avec la remontée de Monaco ?

Vous allez toujours vite en besogne. Cette année, vous pensiez qu’il y aurait Paris et les autres. On a vu que pour Paris, ce n’était pas si facile que ça. Ils seront encore plus forts la saison prochaine dès lors qu’ils auront trouvé un entraîneur. Il faut aussi travailler dans la continuité. Monaco arrive avec des moyens surpuissants. Moi, j’avoue que je suis un peu surpris que dans le contexte actuel, Monaco fasse un recrutement avec des gens qui ont des conventions fiscales sud-américaines, donc qui ne payent pas d’impôts. J’aurais fait l’inverse. J’aurais commencé par recruter français pour montrer qu’on n’accroît pas la différence entre Monaco et les autres clubs français. Mais on est d’accord, ils vont disposer de plus de moyens que nous. Il faudra être attentif. Michel Platini l’a rappelé, le fair-play financier se met en route. Il faut avoir beaucoup d’argent et être dans les clous. Nous, on a pris la décision depuis deux ans d’être dans les clous. On a bien l’intention de faire comme les Allemands, de construire un stade sur fonds propres, d’en être propriétaire et donc d’avoir d’ici trois ou quatre ans les revenus qu’il génèrera.

A lire aussi :

- Lyon en Ligue des champions, Nice en Ligue Europa !

- Lisandro, Giuly... : soirée d'adieux en Ligue 1

- Troyes replonge en Ligue 2

Propos recueillis par Edward Jay