RMC Sport

Juve-Real : comment Evra a conquis l’Italie

-

- - AFP

Rejoindre la Juventus à 33 ans, après deux saisons en demi-teinte avec Manchester United, un défi audacieux. Mais un pari relevé par Patrice Evra qui, quatre jours après avoir été sacré champion d’Italie, dispute ce mardi sa sixième demi-finale de Ligue des champions contre le Real (20h45).

« Nul n’est prophète en son pays ». Un adage incarné à merveille par Patrice Evra. Décrié en France depuis l’affaire Knysna, le latéral gauche a conquis l’Italie depuis son arrivée à la Juve l’été dernier. L’affaire semblait pourtant loin d’être entendue. Au sortir de deux saisons moins abouties du côté de Manchester United, le transfert du joueur de 33 ans chez les Bianconeri, triples champions d’Italie en titre, pouvait laisser circonspect.

Mais voilà, l’ancien Monégasque a des jambes d’acier et un mental inoxydable. De quoi faire son nid chez la Veille Dame. Au bénéfice également de la blessure du Ghanéen Kwadwo Asamoah, titulaire depuis deux ans dans le couloir gauche, Evra a disputé vingt matches de Serie A et sept de Ligue des champions (dont les huitièmes et les quarts), chaque fois dans la peau d’un titulaire.

Allegri : « Un joueur intelligent et important »

Le bulletin de « Pat’ », signé Massimiliano Allegri est ainsi particulièrement favorable. « Après une logique phase d’adaptation, Evra réalise une très bonne deuxième partie de saison. C’est un joueur très intelligent, qui devenu un joueur important avec beaucoup de personnalité », juge le coach de la Juventus. Pas facile, du coup, de remplacer Patrice Evra…

Sans transcender les foules, Evra a fait le job, et contribué au 31e sacre de l’histoire de la Juve, son sixième à titre personnel, et au retour du club turinois dans le dernier carré de la C1, une première depuis 2003. Sa rigueur, son expérience, son rôle de leader, mais aussi sa discrétion ainsi que sa parfaite maitrise de la langue, ont permis à celui qui avait débuté sa carrière à Marsala (Sicile), de mettre l’Italie à sa botte. Et de laisser critiques et sifflets de l’autre côté des Alpes.

JBi