RMC Sport

L’OL va sanctionner Marcelo et le supporter à la banderole

Au lendemain des incidents surréalistes qui ont éclaté entre joueurs et supporters lyonnais, mardi, l’OL a entrepris un gros travail de visionnage des vidéos pour identifier la personne tenant une banderole insultante contre Marcelo. Le Brésilien sera lui aussi sanctionné.

Quelques heures après la fin de match surréaliste vécue entre l’OL et le RB Leipzig (2-2), le club s’active. Mardi soir, les dirigeants rhodaniens n’avaient pas pris de sanctions à chaud après l’exfiltration du supporter tenant une banderole insultante contre Marcelo (portant la mention "Marcelo dégage" sous la caricature d'un âne), le déclencheur de l’énorme colère de Memphis Depay. Le capitaine s’est dirigé en furie vers ce dernier pour lui arracher la bâche de mains, provoquant un long moment tension sans qu’aucun coup ne soit échangé.

Le vestiaire lyonnais, qui apprécie Marcelo, était abattu après le match. Il n'y a eu aucun "cri" de joie malgré la qualification pour les huitièmes. Tous les joueurs étaient choqués, désabusés et dégoûtés par les événements, comme par l'altercation avec Marcelo. Le cœur n’y était pas. Jean-Michel Aulas, qui n'a pas vu les incidents puisqu'il était en train de descendre des salons pour rejoindre le vestiaire au même moment, a lui parlé aux joueurs pour les féliciter.

Le porteur de la banderole n'est pas le supporter en conflit avec Marcelo

Depuis ce mercredi matin, les caméras du stade (400) sont utilisées pour lever l’identité du porteur de la banderole, qui n’est pas celui avec lequel Marcelo s’était accroché à Lisbonne, le 23 octobre. Il faut remonter à cette soirée pour trouver l’origine de la brouille entre le défenseur et une partie des fans lyonnais. Alors que les joueurs avaient rejoint l’aéroport dans la nuit (vers 1h du matin), ils avaient croisé les supporters également en attente de leur vol retour. Ces derniers se seraient sentis "toisés" par le défenseur brésilien, provoquant une forte tension et un antécédent, toujours pas dissipé depuis. 

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder la Ligue des champions

Lyon attend d’identifier le membre du virage Nord qui portait la banderole sur le terrain mardi et le sanctionnera. Il sera interdit de stade pour banderole insultante. La politique du club admet les banderoles sauf en cas d’insultes car le club met en avant la liberté d’expression.

Il ne sera pas le seul épinglé par le club. Selon nos informations, Marcelo sera également sanctionné en interne pour geste déplacé après avoir brandi plusieurs doigts d’honneur en direction des fans qui lui adressaient aussi des majeurs levés bien haut. Les échanges tendus n’en sont restés qu’au stade des insultes. "Aucun coup n’a été échangé, aucune bagarre", indique, à RMC Sport, une source qui a vu les images ce mardi matin. 

La menace du huis clos pas si évidente

Il n’empêche que le comportement des supporters pourraient coûter cher à l’OL. Le club est toujours sous le coup d’un huis clos avec sursis. Suite aux événements de mars 2018 face à Moscou, l’OL avait écopé d’un match à huis clos ferme, plus un avec sursis. Le huis clos ferme a été purgé lors du premier match de poule de LDC en septembre 2018 face à Donetsk.

Le sursis existe encore mais pour que celui-ci saute, il faut que les mêmes faits soient reprochés (actes racistes + bagarre à l’extérieur). Ce qui n’était pas le cas mardi soir. Le club ne sait pas s’il va y avoir un rapport de l’UEFA. Cela tombe toujours en principe le vendredi. Et si rapport de l’UEFA il y a, les éventuelles sanctions tomberont. Pour le moment, l’OL n’en est pas encore là même s’il y a eu envahissement de terrain et jets de projectiles.

NC avec Edward Jay