RMC Sport

L’OM ne mérite pas mieux

Jordan Ayew

Jordan Ayew - -

Après avoir eu temporairement son billet en poche pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, Marseille s’est logiquement incliné en fin de match face à l’Olympiakos (0-1), ce mercredi. La qualification devient (beaucoup) plus problématique.

Tellement logique et prévisible. A force de jouer petit bras, Marseille s’est brûlé les ailes face à l’Olympiakos, ce mercredi soir (0-1). Trop heureux d’avoir son billet en poche pour les huitièmes de finale après l’ouverture du score d’Arsenal face à Dortmund (2-1 au final), les Marseillais ont oublié de jouer. Et de remporter un match qu’ils s’étaient juré de ne pas jouer en gagne-petit. C’est pourtant ce qu’ils ont fait. Longtemps, Steve Mandanda a sauvé la baraque en repoussant toutes les tentatives grecques. Jusqu’à la 82e minute de jeu et le but magnifique de Fetfatzidis sur une ouverture majestueuse de Yeste.

Dans la lignée de leur sortie indigeste à Montpellier (1-0), samedi, les Marseillais ont rendu un brouillon de football. Inquiétant à quatre jours de la réception du PSG dimanche. « Je ne pense pas qu’on ait joué un match de Coupe d’Europe mais plutôt un match amical, s’est énervé Souleymane Diawara en sortant du terrain. On n’a pas mis d’engagement, pas d’agressivité et on a manqué d’envie. Il nous a manqué plein de choses pour nous qualifier. » Il a fallu attendre la 50e minute de jeu pour voir la première frappe cadrée des hommes de Didier Deschamps (Valbuena, 50e). Avant cela, l’Olympiakos avait fait déjà craindre le pire aux 25 000 spectateurs. Mellberg, signalé hors-jeu (10e) à juste titre, a fait souffler un premier courant d’air.

Diawara : « Il faudra montrer un autre visage à Dortmund »

C’était avant les duels Mandanda-Mirallas. L’international belge, double buteur ici-même en avril 2008 avec Lille (1-3), a trouvé le rempart marseillais une première fois à la conclusion d’un incroyable raid solitaire (36e). Dans la foulée, Mandanda a sauvé son camp une deuxième fois au prix d’un arrêt réflexe exceptionnel après une frappe déviée par Diarra (36e). Avant de remporter un nouveau duel décisif face à l’attaquant du Pirée (59e).

Alou Diarra (70e) a eu la balle de match mais Megyeri (70e) a repoussé sa tentative. Malgré l’assurance de revenir en février avec un match nul, les hommes de Didier Deschamps ont oublié de défendre. Ils restent maitres de leur destin puisqu’une victoire à Dortmund dans deux semaines leur assurera une place dans le Top 16 européen. « Il va falloir montrer un autre visage à Dortmund, prévient Diawara. Ça ne sert à rien de faire le déplacement si on joue comme ce soir. » Ils devront aussi regarder le résultat de l’Olympiakos face à Arsenal. En s’imposant à Marseille, les Grecs reviennent à un point de leur adversaire du jour et se relancent dans la course à la qualification. L’art et la manière de se compliquer la tâche.