RMC Sport

Le Barça est prêt au combat

-

- - -

Pour se qualifier face à l’Inter vainqueur de l’aller (3-1), les Catalans comptent sur l’appui de tout un peuple.

Une soirée en enfer. Voilà ce qui attend l’Inter Milan ce mercredi à Barcelone. Après leur victoire 3-1 la semaine passée, les troupes de José Mourinho sont en ballotage favorable pour accéder à leur première finale de Ligue des champions depuis 1972. Mais en face, c’est tout un peuple qui entend leur barrer la route. Depuis quelques jours, la capitale catalane se prépare au combat.

Vendredi, Josep Guardiola, l’entraîneur du Barça, a appelé à la mobilisation générale des supporteurs. Message reçu cinq sur cinq. Face à Xerez (3-1) ce week-end, ils étaient plus de 80 000 dans les gradins. A la fin de la rencontre, les joueurs ont arboré un tee-shirt noir, spécialement conçu pour l’occasion, floqué d’un message : « On va se sortir les tripes ». Plusieurs milliers d’exemplaires de ce vêtement, introuvable dans le commerce, ont été distribué aux « socios » à l’entrée du stade.

Ces derniers ont d’ailleurs prévu de se rendre au Camp Nou trois quart d’heure plus tôt ce mercredi soir. Histoire d’accueillir comme il se doit le bus des Milanais. Certains ont également l’intention d’aller chercher leurs idoles au pied de leur hôtel afin de les encourager jusqu’au stade. A coups de SMS et de création de blogs sur internet, les fans blaugrana se sont passé le mot.

Piqué : « Le meilleur Camp Nou de l’histoire »

A l’aide de 90 000 cartons aux couleurs catalanes, ils entendent créer l’une des plus grandes fresques jamais vue dans une enceinte sportive. « Je m’attends à voir le meilleur Camp Nou de l’histoire, a glissé le défenseur Gerard Piqué. Un Camp Nou comme on ne l’a jamais vu, qu’il n’y ait pas une chaise de libre et qu’au moment où les joueurs de l’Inter Milan entrent sur la pelouse, qu’ils se mettent à haïr leur profession de footballeur pendant 90 minutes. »

Les Catalans savent recevoir. Luis Figo peut en témoigner. Ancien capitaine du Barça, il avait vécu une soirée cauchemardesque lors de son retour sous le maillot ennemi du Real Madrid en 2002. Un homme avait même jeté une tête de cochon sur la pelouse. Les joueurs de l’Inter sont prévenus. Pour priver les coéquipiers de Lionel Messi d’une deuxième finale consécutive, ils devront vaincre la furia populaire.