RMC Sport

Le PSG face à son destin européen

-

- - -

Le club de la capitale accueille le Dynamo Kiev ce mardi (20h45) au Parc des Princes. Sept ans et demi après sa dernière campagne, Paris retrouve la Ligue des champions. Avec un nouveau statut, et des ambitions débordantes.

Sa mélodie est déjà légendaire. Composée par Tony Britten et inspirée d’un hymne de couronnement britannique, la musique de la Ligue des champions transcende les stades européens depuis deux décennies déjà. A Paris, le cantique du football, interprété en anglais, français et allemand (les trois langues officielles de l’UEFA), n’a plus retenti depuis le 7 décembre 2004. Une attente interminable pour les habitués du Parc des Princes. Entre la claque reçue face au CSKA Moscou de Serguei Semak (1-3) et la réception du Dynamo Kiev ce mardi, sept ans et demi se sont écoulés. Le temps pour le PSG de changer de dimension avec l’arrivée des Qataris. Et de renouveler la totalité de son effectif, excepté Sylvain Armand, seul rescapé de la saison 2004-2005.

Pour son grand retour en LDC, le club de la capitale s’est donné les moyens de briller. Un recrutement stratosphérique, un coach d’envergure et un organigramme renforcé. Même le destin y a mis du sien en offrant au PSG le groupe le moins relevé de la compétition avec Porto, Zagreb et Kiev. L’aventure commence face aux vice-champions d’Ukraine. Paris n’a pas le droit à l’erreur. En affichant des ambitions débordantes, le club de la capitale a suscité la curiosité du monde entier. Tous les regards seront braqués sur le Parc pour le baptême de la bande à Zlatan Ibrahimovic. Une énorme pression que les Rouge et Bleu vont devoir appréhender malgré l’inexpérience de joueurs comme Javier Pastore, Christophe Jallet, Salvatore Sirigu ou Marco Verratti dans la compétition. 

Ancelotti : « On a beaucoup d’ambition »

« En Ligue des champions, il n’y a rien de plus important que le mental, assure Thiago Motta, vainqueur de « la Coupe aux grandes oreilles » avec le Barça (en 2006) et l’Inter Milan (en 2010). Ce n’est pas facile d’arriver sur le terrain et d’entendre cette musique mythique. Il faut rester concentré et ne pas stresser ». Une sérénité qui pourrait être facilitée par l’intronisation de Thiago Silva. En l’absence de Mamadou Sakho, touché à une cuisse, le capitaine du Brésil devrait former la charnière centrale avec son compatriote Alex.

Pour le reste, hormis Gregory Van der Wiel, en phase de reprise, tout l’effectif est sur le pont pour débuter la 5e campagne de C1 du club parisien. « Tout le monde est content de retrouver la Ligue des champions, assure Carlo Ancelotti, double vainqueur du trophée avec le Milan AC comme joueur (1989, 1990) et comme entraîneur (2003, 2007). Il y a beaucoup d’attente car ce sont des matches différents. Il y a plus de pression. L’équipe va se donner à 100% pour se qualifier au prochain tour. On a beaucoup d’ambition ». Après avoir battu Lille (1-2) et Toulouse (2-0), le PSG, 4e de L1, aborde avec confiance le premier grand rendez-vous de sa saison. Peut-être l’un des plus importants de son histoire…

Alexandre Jaquin avec L.B.)