RMC Sport

Les Blues n’ont pas oublié Moscou !

Didier Drogba

Didier Drogba - -

A la recherche d’un premier sacre en Ligue des champions, Drogba et ses partenaires attendent Manchester United de pied ferme ce mercredi (20h45) en quart de finale aller. Avec un arrière-goût de revanche…

21 mai 2008. Stade Loujniki de Moscou. John Terry perd l’équilibre et rate son tir au but. La victoire s’envole pour Chelsea. Quelques minutes plus tard, Manchester United soulève la Coupe aux grandes oreilles… Une issue tragique que personne n’a oubliée au sein du club londonien. A l’heure de recevoir leurs bourreaux, ce mercredi en quart de finale aller de la Ligue des Champions, les Blues sont remontés comme jamais. « Quand les joueurs repensent à cette finale, ils ne sont pas contents, reconnaît l’entraîneur Carlo Ancelotti. Cela constitue déjà une bonne source de motivation. » Invaincu depuis huit matches, toutes compétitions confondues, Chelsea a retrouvé de la confiance après un énorme passage à vide fin 2010. D’autant que Manchester United est l’un de ses adversaires favoris. Sur leurs dix-neuf dernières confrontations, les Red Devils ne se sont imposés qu’à trois reprises. « Notre bilan contre United est très bon, particulièrement à domicile, et ce sera un avantage au moment du coup d'envoi, estime le portier Petr Cech. Si nous obtenons un bon résultat à la maison, nous serons en bonne position pour nous qualifier. »

Giggs : « Chelsea joue de mieux en mieux »

Les hommes de Sir Alex Ferguson ne l’entendent évidemment pas de cette oreille. Solides leaders de Premier League, ils ont bien l’intention d’enrayer la malédiction après avoir été défaits 2-1 le mois dernier dans la capitale. « Stamford Bridge est vraiment une place forte. Chelsea joue de mieux en mieux mais nous voulons faire un bon match », résume l’éternel Ryan Giggs. Triple vainqueur de la LDC (1968, 1999, 2008), Manchester United lorgne sur un quatrième succès. Abonné aux demi-finales (quatre en cinq ans), Chelsea court toujours après un premier sacre européen. De quoi pimenter ce choc « so british » !

Alexandre Jaquin