RMC Sport

Ligue des champions: finalement, l'UEFA n'offrira pas de places gratuites pour la finale

Contrairement à sa promesse initiale, l'UEFA ne distribuera pas 10.000 billets gratuits aux supporters des équipes finalistes de la Ligue des champions. L'instance a plutôt opté pour une réduction de prix pour les catégories les plus basses.

L'UEFA fait complètement marche arrière. Dans un communiqué publié ce mercredi, l'instance européenne explique qu'elle renonce à distribuer 10.000 billets gratuits aux supporters des équipes finalistes de la Ligue des champions. Un revirement total par rapport à ce qu'elle avait annoncé en février, optant finalement pour une réduction de prix pour les catégories les plus basses.

"A la demande des demi-finalistes", l'UEFA a modifié sa promesse initiale, destinée à "récompenser" les fans pour leur "soutien durant la crise du Covid-19", avec 30.000 invitations pour les finales de C1, C3, C4 et C1 féminine cette saison. Si rien ne change pour les finales de ses autres compétitions européennes, avec 20.000 billets gratuits, l'UEFA a réalloué le budget consacré aux invitations pour la Ligue des champions, pour ne plus accorder que des réductions à plus de 30.000 supporters.

8.000 billets offerts pour la finale de la Ligue Europa

"Pour chaque équipe, 15.600 fans bénéficieront de billets de catégorie 4 à 60 euros au lieu de 70, et de catégorie 3 à 150 euros au lieu de 180", une offre qui concerne "tous les tickets" des catégories les plus basses alloués aux deux clubs, écrit l'instance dans son communiqué. Les clubs finalistes - Liverpool contre Manchester City ou le Real Madrid - n'auront donc plus à désigner "leurs supporters les plus fidèles", comme dans le plan initial, en les invitant au stade de France, qui a remplacé le stade Krestovski de Saint-Pétersbourg (Russie) en raison de la guerre en Ukraine.

Pour la finale de Ligue Europa à Séville (Espagne), 8.000 billets seront offerts, contre 6.000 en Ligue Europa Conférence à Tirana (Albanie) et autant en Ligue des champions féminine à Turin (Italie).

RR avec AFP