RMC Sport

Ligue des champions: le Barça poursuit son sans-faute grâce à Messi et Piqué

Loin d'être flamboyant, et plusieurs fois menacé par un Dynamo Kiev pourtant diminué par les cas de Covid-19, le Barça a tout de même décroché une troisième victoire de suite ce mercredi soir en Ligue des champions (2-1). Le voilà quasiment qualifié pour les huitièmes.

Au moins, tout va bien en C1. Largement distancé en Liga (12e), et en proie à une profonde crise institutionnelle qui a conduit au départ de son président Josep Bartomeu, le Barça garde le sourire en Ligue des champions. Vainqueur de Ferencvaros (5-1) puis de la Juventus (2-0) lors des deux premières journées, le club catalan a assuré l'essentiel ce mercredi soir face à un courageux Dynamo Kiev, en s'imposant 2-1.

Avec désormais neuf points au compteur, et surtout huit d'avance sur son adversaire du soir et sur Ferencvaros, Barcelone a déjà un pied et demi en huitièmes. Et va pouvoir gérer la phase retour avec l'esprit tranquille.

>>> Abonnez-vous à RMC Sport et profitez de la Ligue des champions

Griezmann discret, Lenglet malheureux lors de son entrée en jeu

Tranquille, le Barça ne l'a pas toujours été contre le Dynamo, pourtant privé de neuf joueurs positifs au coronavirus. S'il a très vite pris les devants sur un penalty obtenu et transformé par Lionel Messi (1-0, 5e), il a ensuite buté sur un fantastique Ruslan Neshcheret (18 ans) dans le but adverse, qui a multiplié les parades de classe pour son deuxième match professionnel. Notamment sur un coup franc de Messi (58e) qui filait tout droit dans sa lucarne. 

Et juste après que Gerard Piqué a doublé la mise d'une tête sur un centre d'Ansu Fati (2-0, 65e), Barcelone a entretenu le suspense en permettant au Dynamo de réduire la marque par l'intermédiaire de Tsygankov, un peu aidé par Ter Stegen (2-1, 75e), qui avait lui aussi sorti quelques arrêts jusque-là. Kiev n'a toutefois pas trouvé les ressources pour recoller en fin de partie. 

Côté français, Antoine Griezmann a encore été très, très discret avant de céder sa place à Ousmane Dembélé à l'heure de jeu. Un Dembélé qui a fait une entrée plutôt intéressante. Remplaçant au coup d'envoi, et lancé à la place de Busquets à la 74e, Clément Lenglet n'a en revanche pas été irréprochable sur le but ukrainien, survenu... 25 secondes plus tard. 

CC