RMC Sport

Ligue des champions : le PSG envoie Chelsea dans les cordes

Javier Pastore, auteur du troisième but du PSG contre Chelsea

Javier Pastore, auteur du troisième but du PSG contre Chelsea - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Vainqueur 3-1 du quart aller de la Ligue des champions contre Chelsea ce mercredi, le PSG a pris un avantage considérable avant le match retour, mardi à Stamford Bridge. Mais il faudra résister au défi des Blues.

Sept mois d’attente, de début août à fin mars. Et derrière, un résultat positif. Attendu depuis le début d’exercice, le premier gros rendez-vous de la saison pour le PSG n’a pas tourné à la désillusion. Il avait pourtant débuté mi-figue mi-raisin. Mais une seconde période bien maîtrisée a permis d’enrober le tout d’un succès qui donne de l’air avant le retour. Avec un succès 3-1 à domicile au match aller, score qui nuance un optimisme béat à cause de ce satané but à l’extérieur inscrit par Chelsea, le club de la capitale a les statistiques avec lui : il sera qualifié au coup d’envoi dans six jours à Stamford Bridge et possède 76% de chances de se qualifier si l’on s’en réfère à l’histoire. Mais pour atteindre le dernier carré de la Ligue des champions, le PSG devra résister au défi de la probable furia londonienne.

Vu le déroulé du match aller, on ne donnerait pas non plus la chose jouée d’avance. Car les Parisiens n’ont longtemps pas su prendre par le bon bout cette rencontre aller tendue, accrochée, âpre et intense. Ou alors, trop tôt. Si l’expression « ils ont marqué trop vite » confine souvent au cliché éculé, elle a tourné à la réalité ce mercredi soir au Parc des Princes. Bien entrés dans la rencontre, les hommes de Laurent Blanc font vite la différence. Un ballon mal renvoyé de la tête par Terry et Lavezzi enchaîne un contrôle de la poitrine puis une demi-volée du gauche en pleine surface pour tromper Cech (1-0, 3e). On imagine alors Paris profiter de cette entame pour asseoir son jeu. Tout faux. Tout l’inverse, même.

Ibrahimovic vers un forfait

Peu à peu, Chelsea pose le pied sur le ballon. Positionné trop bas, en manque de ballons, le collectif parisien perd les repères qu’on lui a connus toute la saison. Symbole de la tension, Verratti s’emmêle dans ses initiatives et rate de nombreux gestes. Cavani et Ibrahimovic, eux, se traînent comme des fantômes dans le jeu. Parisien le plus dangereux tout le match, Lavezzi provoque un nouveau frisson dans la défense londonienne au bout d’une course folle (25e). Mais ce sont bien les Blues qui vont matérialiser leur domination. Suite à un ballon perdu par Zlatan, Thiago Silva tacle dans la surface et accroche un Oscar qui joue bien le coup. Penalty logique. Hazard ne tremble pas (1-1, 27e). Sans inspiration, le PSG s’en remet à une nouvelle frappe de Lavezzi pour porter le danger (31e).

Et sur un beau centre de Willian, Hazard est à quelques centimètres de doucher les espoirs parisiens avec une reprise du gauche sur le poteau (40e). Trois minutes plus tard, l’arbitre oublie un penalty pourtant existant en faveur de Cavani (43e). Difficile de tirer un bilan positif côté PSG à la pause. Mais les joueurs de la capitale vont retrouver la bonne vitesse en seconde période. Une tête au-dessus d’un Lavezzi chaud bouillant (52e) allume la première mèche. La délivrance viendra encore de l’Argentin. Sur un coup franc côté gauche de « Pocho », le ballon traverse la surface des Blues pour rebondir sur le pied de David Luiz. But contre son camp (2-1, 61e). Si Cavani allait rater par deux fois le break dont une au terme d'une action individuelle géniale de Lucas, il allait venir d’où on ne l’attendait plus avec Pastore. Entré en jeu, l’Argentin qui vit une saison délicate se rappelait au bon souvenir de son but face au Barça l’an dernier avec un sublime slalom plein de technique conclu dans les filets de Cech (3-1, 93e). Seul point noir outre le but londonien : la sortie de Zlatan, touché à la cuisse droite, pourrait être préjudiciable pour la suite si sa probable absence au retour se confirmait. Mais l’essentiel est acquis. A Paris de le préserver.

A lire aussi :

>> PSG-Chelsea : les notes des Parisiens

>> Courbis ne voit pas Chelsea revenir

>> Larqué : "Le PSG pas étincelant"

Alexandre Herbinet