RMC Sport

Ligue des champions: le PSG terrasse le Barça avec un triplé de Mbappé, exceptionnel

Quatre ans après sa cuisante défaite au Camp Nou, le PSG est devenu ce mardi le premier club français à s'imposer sur le terrain du FC Barcelone, lors de son 8e de finale aller de Ligue des champions (4-1). Grâce notamment à un triplé exceptionnel de Mbappé, la qualification pour les quarts est très bien engagée.

L'affront n'est pas tout à fait lavé, il faudra pour cela valider la qualification dans trois semaines, mais un chapitre plus glorieux est venu compléter celui de mars 2017. Quatre ans après la terrible remontada du Camp Nou, le PSG a passé ce mardi une bien meilleure soirée dans l'antre du Barça, en allant chercher un succès large et mérité en huitième de finale aller de Ligue des champions (4-1).

Si l'histoire européenne du club de la capitale nous a appris à ne pas trop nous projeter, le PSG débutera tout de même le match retour, le 10 mars, avec un net avantage. Comptable, c'est une évidence, mais aussi psychologique. Car même sans Neymar et Angel Di Maria, le champion de France a dominé le club catalan dans l'envie, et surtout dans le jeu.

>>> Abonnez-vous à RMC Sport et profitez de la Ligue des champions

Mbappé, un triplé référence

Ce mardi soir, le début de match a pourtant rappelé aux supporters parisiens un vieux cauchemar, en s'ouvrant une nouvelle fois sur une décision arbitrale défavorable. Quelques minutes après un gros râté de Mauro Icardi face à Marc-André ter Stegen (19e), Layvin Kurzawa s'est rendu coupable d'un malheureux croche-patte sur Frenkie de Jong dans sa surface. Penalty. Lionel Messi. 1-0 (27e).

De quoi refroidir le PSG? Plutôt de quoi lancer le festival Mbappé. Déjà intéressant lors de la première demi-heure, en termes de technique comme d'attitude, le numéro 7 parisien a égalisé dans la foulée, en éliminant Lenglet d'un bel enchaînement avant de fusiller Ter Stegen du gauche (1-1, 32e).

Critiqué - plutôt logiquement - durant l'hiver pour ses nombreuses pertes de balle et son individualisme naissant, le champion du monde français a cette fois rendu une copie impeccable. Mobile, agressif, Mbappé a fait vivre un calvaire à Dest et à la charnière barcelonaise Piqué-Lenglet. Et à la 65e, c'est lui qui a donné l'avantage à Paris en reprenant un centre dévié de Florenzi (2-1). Un doublé, puis un triplé: alors que Kean a marqué le troisième but parisien de la tête sur un coup franc de Paredes (3-1, 70e), l'attaquant français a conclu sa soirée de rêve en ouvrant parfaitement son pied droit sur un décalage de Draxler (4-1, 85e).

La maestria de Verratti

Si Paredes, Icardi, Marquinhos ou Florenzi, pour ne citer qu'eux, ont également brillé au Camp Nou, l'autre performance à souligner côté parisien est sans doute celle de Marco Verratti. En l'absence de Neymar et Di Maria, le petit Italien devait enfiler le costume de maître à jouer, de chef d'orchestre. Il n'a pas failli.

Positionné un cran au-dessus de Leandro Paredes et Idrissa Gueye (averti tôt et remplacé par Herrera à la pause), l'ancienne pépite de Pescara a mutiplié les remontées de balle et les services millimétrés, à l'image de sa délicieuse passe de l'extérieur sur l'égalisation de Mbappé. Le tout sans compter ses efforts, et sans rechigner non plus sur les récupérations de balle, comme lorsqu'il s'est distingué par un beau tacle dans les pieds de Griezmann dans la surface parisienne (21e).

Visiblement gêné par une petite douleur à un mollet, le milieu a comme souvent baissé en régime vers l'heure de jeu. Mais il a au moins réussi - et ce n'était pas gagné - à ne pas se faire avertir jusqu'à sa sortie à la 73e. Un sans-faute, on vous dit.

https://twitter.com/clementchaillou Clément Chaillou Journaliste RMC Sport