RMC Sport

Ligue des champions: Pochettino, un héros très discret

Derrière la qualification historique de Tottenham pour les demi-finales de la Ligue des champions se cache le manager Mauricio Pochettino qui a fait du club l’une des valeurs sures du championnat anglais en parvenant notamment à porter un groupe prêt à le suivre partout.

Un "loser" habitué régulier du Top 4

Comme chaque année depuis 2008 (une Coupe de la Ligue, le précédent titre était un Community Shield en 1992), Tottenham conclura peut-être la saison sans lever de trophée. La réputation de ‘losers’ des Spurs persiste en même temps que gonfle leur statut de cadors du football anglais. Et désormais européen. Pour la première fois de leur histoire, ils disputeront une demi-finale de Ligue des champions (dans son format moderne, Tottenham avait été demi-finaliste de la coupe des clubs champions en 1961-62) et le doivent en grande partie à un homme: Mauricio Pochettino. Depuis son arrivée en 2014, l’Argentin a installé le club dans le Big Four du football anglais (3e en 2015-16, 2e en 2016-17, 3e en 2017-18) en pariant notamment sur la stabilité d’un groupe, prêt à le suivre partout où il ira. Alors que le club n’avait jamais fait mieux qu’une 4e place depuis 1989-90.

Une fidélité sans borne de son groupe…

A la tête d’une équipe non renouvelée depuis janvier 2018, Mauricio Pochettino parvient à activer des leviers très forts qui lui permettent de compter sur le soutien sans borne de ses joueurs. Hugo Lloris, son capitaine qu’il avait soutenu après sa condamnation pour conduite en état d’ivresse en début de saison, vante régulièrement ses mérites. Le Français avait un jour confié que l’Argentin avait changé sa vie. "Mon destin est lié à Mauricio, c’est une certitude", avait-il déclaré au Figaro en mars 2017. Le milieu de terrain Harry Winks avait confié qu’il ne pourrait jamais "suffisamment remercier" son entraîneur. 

L’ancien défenseur du PSG couvre d’éloges ses stars comme Harry Kane, dont il dit que sa femme est jalouse. Il en a fait de même avec Dele Alli et Moussa Sissoko, qu’il a su remettre en confiance après des débuts compliqués au point d’en faire un maillon fort de son milieu de terrain. 

En novembre 2017, Christian Eriksen, maître à jouer des Spurs, évoquait le sentiment de plénitude des joueurs au contact de l’Argentin. "Il a amené beaucoup de stabilité, expliquait le Danois. Pas uniquement en ce qui me concerne, mais pour tout le club. C’est essentiel pour un joueur d’être dans un confort, conscient de tout ce qu’il se passe autour de vous en ne pensant à rien d’autre que le football quand vous êtes sur le terrain. Tous les joueurs ont des contrats de longue durée, ils se sentent en sécurité ici."

… qu’il sublime malgré le manque de profondeur

A l’heure de la surenchère sur le marché des transferts, Tottenham est resté la seule équipe immobile depuis deux mercatos. Les Spurs n’ont recruté personne depuis janvier 2018. Du jamais vu en Premier League. Un choix (d’abord assumé, puis subi en janvier dernier) qui souligne aussi la force de persuasion du club pour conserver ses meilleurs éléments, courtisés par les cadors du football européen. Ils ont consenti à de grosses augmentations salariales pour les prolongations de Kane et Alli alors que le club londonien était réputé comme était l’un des cadors anglais qui paient le moins bien ces joueurs. Et cela porte ses fruits puisque l’équipe franchit des caps chaque année.

S’il peut encore compter sur ses meilleurs éléments, Pochettino doit aussi jongler avec le manque de profondeur de son effectif. Mercredi, il a réussi à se qualifier sans Kane, et en faisant rentrer un attaquant (Llorente, buteur décisif) à la place d’un milieu de terrain (Sissoko). Il devra encore réfléchir pour les demi-finales puisque Heung-Min Son sera suspendu à l’aller. 

"Ça travaille à Tottenham, chaque année on progresse, on se rapproche des grandes équipes, soulignait Hugo Lloris, mercredi soir au micro de RMC Sport. On a un entraîneur exceptionnel, des joueurs exceptionnels. Il y a un potentiel énorme, l'arrivée du nouveau stade va nous aider à nous rapprocher des trophées. C'est ce qu'il manque au club."

Acteur d’un changement de dimension

La fin de saison excitante du club londonien marquera peut-être la fin d’une ère au club qui pourrait ne pas résister aux approches offensives des cadors européens. L’hiver dernier, Pochettino avait mis la pression à ses dirigeants en réclamant des renforts de poids en mettant son départ dans la balance. Sous contrat jusqu’en 2023 et sans gros banc disponible, l’Argentin pourrait poursuivre ses miracles à Tottenham qu’il contribue à faire basculer dans une nouvelle dimension. L'entrée dans le nouveau stade en fait partie.

Nicolas Couet