RMC Sport

Lyon, l’anti-Real

Cris

Cris - -

En six confrontations en Ligue des champions, l’OL n’a jamais perdu face au Real Madrid. Une statistique impressionnante qui fait de Lyon la bête noire du club merengue sur la scène européenne. Question de style, mais aussi de mentalité.

Jusqu’au 13 septembre 2005, le nom de Lyon n’avait aucune sonorité désagréable pour le Real Madrid. L’OL ne provoquait pas, non plus, de subite quinte de toux, de crise d’urticaire ni aucun autres effets secondaires chez la machine de guerre madrilène façonnée par Florentino Perez. A l’époque, les Galactiques, sans Zidane mais avec Robinho et Beckham, sont ultra-favoris, face à un adversaire qu’ils affrontent pour la première fois de leur histoire en Ligue des Champions. Un but de Carew, de Juninho et un plus tard de Wiltord (3-0), la Maison Blanche fait d’amères connaissances avec la locomotive française du moment. Amères, oui, car l’exploit rhodanien ne reste pas lettre morte. Depuis cette date, l’OL n’a jamais perdu un match de C1 face au Real.

Le bilan de leurs six confrontations ? Trois victoires et trois nuls. Et si les quatre premiers résultats, obtenus en phase de poules, ne sonnent pas le glas de la campagne européenne des Madrilènes, les deux derniers sont synonymes d’élimination en huitièmes de finale pour les Espagnols. « Cette série est un concours de circonstances, estime l’ancien entraîneur de l’OM Rolland Courbis. Il y a eu plus de matches de poules que de rencontres à élimination directe entre les deux équipes. Des matches avant lesquels le Real était déjà qualifié et démobilisé. » Toujours est-il que Lyon ne réussit pas au géant espagnol. La faute à son schéma tactique et son style de jeu, tout en maîtrise et en contres ? « Il y a peut-être une propension chez les Madrilènes à ne pas accepter le jeu des Lyonnais » appuie Jean-Michel Larqué.

Un manque d’humilité chez les Madrilènes

Une tendance, également, à prendre de haut les Gones. « La saison dernière, ils étaient venus avec beaucoup d’arrogance, se souvient Jean-Alain Boumsong, aujourd’hui dans les rangs du Panathinaïkos. Pour eux, ça allait être une formalité. Même après la défaite, ils se voyaient déjà l’emporter 3-0 au retour. Kaka, Cristiano Ronaldo, ils se voyaient tout balayer sur leurs passages. » Le Portugais, justement. L’an passé, il n’avait pas hésité à provoquer l’OL avant le match retour, quelques jours après le carton administré à Villarreal en championnat (6-2). « Nous montrerons cette fois notre meilleur visage, avait-il martelé. C'est cette équipe qui les attend et qui fera tout pour les éliminer. »

Douze mois plus tard, l’attitude de la star lusitanienne n’a pas évolué. CR7 a même lancé ce lundi un défi à ses fans sur sa page Facebook : pronostiquer le nombre de buts qu’il inscrira lors de la double confrontation face aux Lyonnais. Le vainqueur gagnera la montre personnelle et, en édition limitée, de la vedette du Real. En revanche, rien ne dit que le résultat du concours sera toujours viable si, d’aventure, Ronaldo et ses camarades venaient à buter sur l’obstacle lyonnais. Une fois encore.

Le titre de l'encadré ici

|||

Les six confrontations OL-Real Madrid en Ligue des Champions

13 septembre 2005, phase de poules aller : 3-0
23 novembre 2005, phase de poules retour : 1-1
13 septembre 2006, phase de poules aller : 2-0
21 novembre 2006, phase de poules retour : 2-2
16 février 2010, 8e de finale aller : 1-0
10 mars 2010,  8e de finale retour : 1-1

Alix Dulac avec Edward Jay et Loïc Briley