RMC Sport

Mandanda : « Si on ne comprend pas là... »

Steve Mandanda

Steve Mandanda - -

Souvent dans la retenue, le capitaine de l’OM, vexé par le départ d’Elie Baup, attend une réaction de son équipe. Elle doit intervenir ce mercredi soir (20h45) contre le Borussia Dortmund en Ligue des champions.

Steve Mandanda, comment réagissez-vous au limogeage d'Elie Baup ?

Ça a été pour nous une petite surprise. On l’a su le samedi après l’entraînement. Pour moi et le groupe, cela a été une très grosse déception. Contrairement à ce qui peut se dire ou s’écrire, le groupe était derrière le coach. C’est vrai que les résultats ne sont pas là. C’est une décision importante du président (Vincent Labrune). Il a estimé qu’il fallait faire d’autres choix aujourd’hui. C’est le milieu, c’est comme ça. C’est difficile à accepter, mais on est conscient qu’on a une grande part de responsabilité dans le fait que le coach ne soit plus là aujourd’hui.

L'OM est déjà éliminé en Ligue des champions. Qu'attendez-vous de ce dernier match contre Dortmund ?

C’est avant tout un match européen. On doit avoir l’état d’esprit d’un match de Ligue des champions. Aujourd’hui, on a zéro point. C’est quelque chose qui me frustre, me vexe. Vous pouvez sortir les qualificatifs que vous voulez. C’est très important pour moi et pour tout le groupe de faire un gros match et d’essayer de prendre au moins un point.

« Il faut changer pas mal de choses »

Le groupe avait-il besoin d'un électrochoc pour éviter de banaliser la défaite, comme l'a dit Vincent Labrune ?

C’est difficile de répondre à cette question. Maintenant, la décision est actée. Ça nous a surpris. On va voir lors des prochaines rencontres si l’électrochoc a eu lieu. En Ligue des champions, je voyais qu’on ne faisait pas tout ce qui fallait au quotidien pour être au niveau de ce genre de rencontre.

Avez-vous un rôle plus important avant ce match-là alors qu'il s'agit de sauver l'honneur de l'OM ?

Mon rôle est toujours le même. J’ai prononcé certains mots après le match d’Arsenal (il a notamment affirmé que l’équipe n’avait pas le niveau, ndlr). C’est ce que j’avais pu voir ou constater. José Anigo a appuyé encore là-dessus en arrivant. Si on n’a pas compris là, on ne comprendra jamais. Il faut le rabâcher, on peut faire passer des messages mais on doit être assez adulte et professionnel pour comprendre qu’il faut changer pas mal de choses.

A lire aussi :

EN IMAGES : Anigo de retour à l'OM... gare aux come-back !

Anigo ou l’esprit de famille

Di Meco : « Anigo ? Le provisoire durera »

Propos recueillis par Florent Germain à Marseille