RMC Sport

PSG-Bayern: Tuchel aussi a manqué sa finale

Thomas Tuchel, entraîneur du PSG, a échoué à renverser le sort de la finale de la Ligue des champions, dimanche face au Bayern Munich (1-0), à cause de changements frileux et non payants.

Pour lui aussi, c'était une grande première. Mais Thomas Tuchel, à l'image des stars de son effectif, a manqué d'audace pour changer le cours de la finale de la Ligue des champions perdue par le PSG face au Bayern Munich (1-0), dimanche. Les choix de l'Allemand offrent deux lectures, à l'instar du scénario de la rencontre. 

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder la Ligue des champions

Ils lui ont d'abord donné raison au cours d'une première période de très bon niveau à l'issue de laquelle Paris peut nourrir ses plus gros regrets. Son milieu à 3, poussant de nouveau Mauro Icardi sur le banc, a d'abord tenu le choc. Le choix de renouveler sa confiance à Ander Herrera a même failli être décisif, l'Espagnol délivrant deux offrandes délicieuses mais gâchées par Angel Di Maria, puis Kylian Mbappé.

Même Thilo Kehrer, promu arrière droit numéro 1 depuis le départ de Thomas Meunier, a plutôt tenu le coup face aux bolides Alphonso Davies et Kingsley Coman une majeure partie du premier acte. Puis, l'Allemand a plongé, comme le reste de l'équipe et son entraîneur. 

Paris a laissé passer sa chance en première période et le capitaine Tuchel a échoué à redresser le cap de son collectif au cours d'un deuxième acte nettement plus poussif, entamé par 20 minutes de domination totale des Bavarois. 

Il a bien lancé Marco Verratti (65e), dont la science de conservation du ballon aurait dû permettre aux Parisiens à sortir la tête de l'Allemand. Mais l'Italien semblait encore très juste physiquement et son entrée en jeu a peu changé les choses. Tuchel n'y pouvait donc pas grand chose mais la suite fut plus confuse pour l'ancien technicien de Mayence. 

Des changements très frileux, des entrants très décevants

A ce titre, l'entrée en jeu de Julian Draxler à la place du combatif Ander Herrera (72e) interroge davantage alors que son équipe méritait peut-être un coup de boost plus offensif. L'ancien joueur de Schalke 04, souvent décevant, a très peu apporté. La blessure de Juan Bernat (80e) a un peu plus mis dans l'embarras Tuchel, contraint de sacrifier un remplacement en lançant Layvin Kurzawa (80e). Il s'agissait de sa troisième et dernière fenêtre de changements et Tuchel a paré au plus pressé en lançant Eric Choupo-Moting à la place d'Angel Di Maria (80e). 

Les quatre entrants ont déçu mais Tuchel a sa part de responsabilité en favorisant des changements poste pour poste sans donner l'impression de jouer son va-tout. Il s'est ainsi passé de Mauro Icardi, comme en demi-finale, sans tenter le coup d'aligner les "4 Fantastiques" pour égaliser, quitte à déséquilibrer son schéma. Il s'est aussi privé d'un dernier remplacement alors que cinq changements étaient autorisés.

Salué pour ses choix face à l'Atalanta, puis Leipzig, Tuchel s'est cassé les dents sur le Bayern. Il assure pourtant ne pas être "trop déçu" à l'issue de la rencontre. "Il a été complètement transparent au niveau du changement de ses joueurs", souligne Frédéric Piquionne, membre de la Dream team RMC Sport.

L'avenir du technicien sera désormais scruté de près dans les prochaines semaines même si Tuchel a réitéré sa volonté de poursuivre l'aventure jusqu'à la fin de son contrat en juin 2021. Interrogé sur la situation de son entraîneur, Nasser Akl-Khelaïfi s'est montré évasif sur le sujet à l'issue de la rencontre. Un sacre européen aurait certainement changé la donne.

Nicolas Couet