RMC Sport

PSG: Comment les joueurs ont vécu le naufrage contre Manchester United

L’élimination cataclysmique du PSG en 8es de finale de la Ligue des champions par Manchester United a été suivie de scènes d’abattement et de colère dans le vestiaire parisien, sonné par ce scénario invraisemblable.

C’était inimaginable et cela s’est pourtant produit. Vainqueur 0-2 à l’aller en Angleterre, le PSG s’est incliné (1-3) à domicile face à Manchester United, mercredi en 8e de finale retour de la Ligue des champions. Comme en 2017 et 2018, Paris est donc éliminé à ce stade de la compétition. Un scénario improbable et trois buts offerts à des Mancuniens inexistants dans le jeu et affaiblis par des absences en cascade. 

Des joueurs en pleurs

A l’issue de la rencontre, le groupe était partagé entre colère, abattement et incompréhension. Les joueurs étaient K.-O. debout et un silence assourdissant régnait dans le vestiaire du PSG qui s’est vidé à la vitesse de la lumière. Dépités, des joueurs ont pleuré quand ils ont rejoint leurs proches. "Je suis dégoûté, a lâché un Parisien en quittant le stade. Je ne vais pas dormir de la nuit."

Certains membres du staff ont reproché aux joueurs d’avoir offert le match sur un plateau, avant de quitter, le regard noir, le Parc avec leurs familles sous une pluie diluvienne. Edinson Cavani a lui quitté le stade en dernier, retenu par un contrôle anti-dopage.

Abattus, Mbappé et Kehrer culpabilisent

Kylian Mbappé, champion du monde français, faisait partie de ces joueurs très abattus. "Je ne l’ai jamais vu comme ça", appuie un proche. Le Parisien s’en voulait d’avoir manqué des occasions de but. Et notamment à la fin de la rencontre lorsqu’il glissa dans son duel face à David De Gea. Le match sera long et difficile à évacuer.

Kimpembé a revu les images de sa main

Même peine pour Thilo Kehrer conscient que son erreur a pesé dans le résultat final. Presnel Kimpembé a visionné les images de sa main plusieurs fois, persuadé qu’il n’y avait pas penalty. Eric Choupo-Moting a tenté de réconforter ses partenaires sur et dehors du terrain. Neymar a, lui, filé une heure après le coup de sifflet final, après avoir longtemps refait le match avec ses proches dans sa loge personnelle, tribune Borelli.

Des joueurs insultés

Certains joueurs se sont fait insulter à leur sortie du parking en voiture par une poignée de prétendus fans parisiens. "On doit maintenant tenter de comprendre comment l’impossible a pu se produire", conclut un membre du staff. Ce ne sera pas ce jeudi, jour de repos pour les Parisiens où le Camp des Loges sera seulement ouvert à ceux qui souhaitent bénéficier de soins.

Saber Desfarges