RMC Sport

PSG: le grand regret de Maxwell lors de la remontada

Maxwell, ancien arrière gauche du PSG, regrette d'avoir été écarté du 8e de finale retour face au FC Barcelone en 2016, théâtre de la traumatisante remontada.

Maxwell conserve un souvenir impérissable de son passage au PSG (2012-2017) qu'il a lui-même marqué de son empreinte par des performances de haut-niveau. Dans une interview accordée à L'Equipe, l'ancien arrière gauche, retraité depuis 2017, se souvient du bon temps mais conserve une cicatrice. Celle de ne pas avoir pu jouer le 8e de finale retour de la Ligue des champions sur le terrain du FC Barcelone en 2016. Unai Emery, alors entraîneur, ne l'avait pas convoqué sur la feuille de match. Il avait préféré Layvin Kurzawa.

Vainqueurs 4-0 à l'aller, les Parisiens s'étaient écroulés au retour en Catalogne (6-1) lors d'une remontada aussi traumatisante qu'historique. Et extrêmement frustrante pour le Brésilien qui l'avait suivie depuis les tribunes avec Thiago Motta, blessé. 

"Ce soir-là, l’expérience aurait pu aider l’équipe"

"J'étais impuissant, je ne pouvais rien faire, regrette-t-il. J’étais assis avec Thiago Motta (qui était blessé). On regardait, on discutait beaucoup du match. Ce soir-là, l’expérience aurait pu aider l’équipe. Surtout quand on se souvient de l’arbitrage, si défavorable à Paris, ce qui peut créer de la tension entre les joueurs. Avoir une personne comme Thiago, par exemple, qui donne de la tranquillité, son expérience aurait été utile. Alors, oui, cela nous a touchés parce qu’on ne pouvait pas aider. Et on en arrive à un match historique, de façon négative pour nous, de façon positive pour Barcelone.

"Quand on est arrivés dans le vestiaire, on a senti la vibration du stade. On a compris."

Il explique avoir tout de même pu se rendre dans le vestiaire. "Oui, à la mi-temps, confie-t-il. Et un petit peu avant le dernier but, à la fin du match. On ne l’a pas vu. On a quitté notre place en tribune à 5-1 pour Barcelone pour éviter la cohue dans les escaliers et le PSG était encore qualifié. On avait un peu peur parce qu’on sentait les vagues arriver sur notre but. Quand on est arrivés dans le vestiaire, on a senti la vibration du stade. On a compris."

NC