RMC Sport

Riolo : « Bon pour le Bayern, chaud pour la Barça… »

Daniel Riolo

Daniel Riolo - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Retour sur les matches aller des ¼ de la Ligue des Champions, Manchester United-Bayern Munich (1-1) et Barça-Atlético Madrid (1-1).

L’Atletico, c’est une bande organisée. Une agression en bande organisée. Le Barça le savait mais ça ne l’a pas empêché de vivre des premières minutes très compliquées. Simeone a-t-il eu comme plan, comme idée de marquer le premier pour ensuite vivre le match en situation de confort total, c’est-à-dire en contre-attaque ? Peut-être. En tout cas, le pressing très haut, intense dès le début a fait reculer le Barça. Et les premières occasions sont pour l’Atlético. Pinto le mec qui sert de gardien au Barça a vite montré des signes de panique en relance. Et puis il y a eu la sortie de Piqué pour fragiliser encore plus la défense catalane.

Le feu mis d’entrée retombe à la fin du premier quart d’heure. Le match prend les allures attendues. Le Barça reprend le ballon, attaque, l’Atlético défend, se bat et tente de bonifier les ballons de récupération, les 2e ballons.

La sortie de Diego Costa est un coup dur. L’Atético perd le leader, le premier de la bande à presser.

A Old Traford, Manchester a fait un gros début de match. Welbeck a même marqué un but refusé pour une faute. Mais ça n’a pas duré. Quelques minutes ont suffi au Bayern pour éteindre la lumière. La possession du 11 de Guardiola devient insolente. La seule question, c’est celle de savoir quand va venir le premier but du Bayern.

Fellaini qui joue au milieu est obligé de reculer. Très souvent, il devient 3e défenseur central pour aider la vieille-garde, Ferdinand/Vidic.

Sur la fin de la première période, avec peu, ManU a failli faire beaucoup. Mais Welbeck a mangé une occasion en or. Pour une équipe autant privée de ballon, c’est de l’or transformé en plomb !

Au Camp Nou, le Barça crée, tente de jouer et prend des coups. La bande de Simeone savate à tout va et prend des cartons. Très dangereux au début du match, l’Atlético termine très bien cette première partie de match. Cette équipe passe d’un comportement épouvantable à des mouvements collectifs de classe. Assurément ce 0/0 convient à Simeone.

A Old Traford et au Camp Nou, ça reprend doucement. On note quand même qu’avec Kagawa à la place d’un Giggs dépassé, Man U va mieux, subit moins. Le Bayern tourne en rond. Sur corner, et contre toute attente, ManU marque. ManU annoncé en victime est finalement plutôt à l’aise en position d’attente. Guardiola était-il venu trop sûr de sa force ? Il est temps pour lui de mettre un vrai 9, une vraie pointe.

A Barcelone, c’est également l’équipe qui défend qui marque. Diego, un joueur que j’adore, complètement oublié, loin de la carrière que son talent devait lui offrir, claque une frappe phénoménale dans la lucarne du pauvre Pinto. Ce but à l’extérieur est précieux. Pour une équipe de combat, c’est même un atout considérable. Le Barça se fait mal en butant sur le mur madrilène. Messi est quasi invisible, Neymar brouillon. Seul Iniesta met vraiment le feu.

Mandzukic à peine entré est déjà décisif. Une belle remise pour Schweinsteiger pour l’égalisation. Le Bayern est plus fort, il était juste temps que ça se voit.

Comme Guardiola, Tata Martino fait lui aussi un changement offensif. Avec Alexis Sanchez, le Barça sera peut-être plus percutant. Comme le Bayern, le Barça revient. C’est Neymar qui s’illustre suite à une superbe passe d’Iniesta. C’est décidemment à gauche que le jeune Brésilien est mieux…

Le Barça est désormais gonflé à bloc. Les enchaînements sont plus rapides, plus tranchants. Ce sont les Catalans qui maintenant mettent le pied. C’est dur, intense, exceptionnel. Le match qu’on voulait. A force de courir après la balle, de se battre, de prendre des cartons, les joueurs de l’Atletico semblent usés. Pour eux tenir ce 1/1 serait parfait…

L’Atletico termine à l’agonie. Courtois montre qu’il est bien un gardien de très haut niveau. Ça se termine en bagarre de rue avec pratiquement une faute à chaque contact. C’est fou comme cette équipe répond au cliché qu’elle véhicule ! Chaque geste défensif, chaque lutte et les joueurs se serrent, se félicitent.

A Old Traford, ManU a certainement fait un match qu’on n’attendait pas. Mais ce 1/1 est bon pour le Bayern qui sauf gros souci sera en ½ finale.

Ce sera beaucoup plus indécis à Vicente-Calderon dans une semaine. Ce sera énorme ! Un match de fou nous attend. Même dominé, bousculé dans ce match aller, c’est bien l’Atlético qui débutera la rencontre retour en étant qualifié !

A lire aussi :

>> Manchester United-Bayern Munich : les notes

>> Manchester United-Bayern Munich (1-1) : la fiche du match

>> Barça-Atlético Madrid (1-1) : la fiche du match

La rédaction