RMC Sport

Riolo : « Le Real met le champion K.O… »

Daniel Riolo

Daniel Riolo - -

Retour sur la qualification du Real Madrid aux dépens du Bayern Munich (0-4)…

Ça sentait le match de l’année. Il y avait tout pour que ça le soit.

Mon idée avant le match, c’était de ne pas réussir à imaginer que le Real ne marque pas. Avec la qualité énorme de ses trois milieux, de ses trois attaquants, comment au moins une fois, ça pouvait ne pas passer ?

Et si le Real marque alors le Bayern doit en mettre 3 ! Voilà ce que j’envisageais…

Pour attaquer, renverser le Real, Guardiola aligne un 4231 très offensif. C’est sans surprise. On sentait que cette fois Muller débuterait.

Ancelotti aligne également l’équipe attendue. Place au scénario attaque/défense… Place au rythme fou qu’assurément le Bayern va vouloir mettre d’entrée…

A l’aller, le Real avait joué avec 4 joueurs alignés au milieu. Le retour de Bale allait-il changer ça ? La réponse est immédiate, c’est le Gallois qui recule en phase défensive. En tout cas, le souci des Madrilènes semble être de ne pas reculer. L’autre souci, c’est d’afficher du calme. Ne pas montrer de signes de crainte. Le Real est capable d’alterner. De mettre son bloc haut, puis bas.

Le début de rencontre n’est pas vraiment conforme à l’attente. Le Bayern n’arrive pas à avancer. Le Real est là, ne recule pas, joue. Marquer en contre ? C’était l’idée, mais c’est sur corner que ça passe. En 3 minutes, le Bayern s’écroule. Deux buts de la tête. Deux buts qui tuent le match. Le Real est calme. Ancelotti l’a expliqué, à ce niveau, savoir rester lucide et vaincre la peur, c’est la clé du succès !

Ancelotti, ce coach qu’on a traité comme un moins que rien en France donne la leçon… Oui forcément, j’en rajoute, mais comment ne pas le faire ?

Le « passing game » du Bayern n’existe pas. Mort. Mais autant la semaine dernière, le Bayern avait dominé, attaqué, autant là, il n’arrive à rien. Les deux buts ont fait très mal. Mentalement, le Bayern ne peut pas se relever. Et le 3e, cette fois en contre, envoie le Real en finale, définitivement…

Je disais récemment après un match de LDC, que la tendance actuelle allait dans le sens d’un foot assimilable à un match de boxe. Une recherche du KO. Un défi mental, physique. Le tout fait bien sûr par de très bons joueurs. Le jeu est plus direct, très vertical. Ancelotti essayait de mettre ça en place au PSG, mais on trouvait ça trop nul. Le jeu de Blanc est paraît-il tellement plus séduisant…

Je parlais de bons joueurs, parce qu’il faut quand même souligner que les 6 devant la défense sont énormes… Ancelotti a récupéré la même équipe qu’avait Mourinho, moins Bale. Il a fait un milieu avec Di Maria, Modric (qui ne jouait pas sous Mou) et Xabi Alonso. Vraiment un bétonneur ce Carlo !

3/0 pour le Real, c’était assez impensable. Ce match de l’année bouclé en aussi peu de temps, incroyable.

Après avoir tant gagné, Guardiola va devoir repenser son foot. Lui, le dogmatique va-t-il évoluer ? Quoi qu’il en soit, il restera un immense coach. Peu auront marqué le jeu comme lui…

Son jeu a certainement pris un coup de vieux… C’est un message aussi à ceux qui essayent de copier, qui font du Barça bis.

A voir aussi :

>> En vidéo : Bayern Munich-Real Madrid : la claque de Ribéry sur Carvajal

>> En vidéo - Bayern Munich-Real Madrid : les buts de Ramos et Ronaldo

>> Bayern Munich-Real Madrid : la fiche du match

La rédaction