RMC Sport

Super League: Perez et Agnelli cristallisent toutes les critiques du monde du foot

Après l'échec de la Super League, à peine 48 heures après son lancement, Florentino Perez, président du Real Madrid, et Andrea Agnelli, patron de la Juventus ont perdu gros.

48 heures pour se faire beaucoup d'ennemis. Les deux fers de lance du projet Super League, le président du Real Madrid Florentino Perez et celui de la Juventus Andrea Agnelli, sont au cœur de toutes les critiques depuis que la Super League a explosé avant même le décollage.

Ce mercredi, plusieurs grands clubs ont même demandé à l’UEFA des sanctions pour les 12 clubs ayant lancé le projet de Super League. Un président d’un club italien confie, amer: "Aujourd’hui ils ont perdu toute crédibilité sur la scène européenne. Quand on loue un appartement et qu’on casse tout l’appartement on paye des réparations. Ils peuvent rester dans le bâtiment UEFA mais ils doivent être sanctionnés de leur malice et de leurs goûts lubriques."

Les propos sont durs mais montrent bien la colère et même la haine que suscitent chez certains Perez et Agnelli. Humainement, tout d’abord, plusieurs reprochent à Andrea Agnelli sa haute trahison envers Aleksander Ceferin. Agnelli était très proche de Ceferin. Des amis intimes, le premier étant même le parrain de la fille de l'autre. Selon plusieurs sources ces derniers jours le dirigeant italien avait à plusieurs reprises démenti à son "ami" une création de la Super League malgré toutes les rumeurs. A partir de samedi, quand le président de l’UEFA a essayé de l’appeler à plusieurs reprises, le téléphone du patron de la Juventus était sur messagerie. De longues heures.
Toujours selon ce même président italien, "Andrea nous a toujours regardé de haut, mais la Juventus cette saison ne mérite pas la Superleague. A croire qu’on est toujours plus fort parfois on tombe de haut."

Du mal à retrouver leur place

A des milliers de kilomètres, un autre président suscite une colère incroyable. Il s’agit du président du Real Madrid Florentino Perez. Depuis plusieurs années, il était l’acteur principal, le porteur du projet de Super League. Plusieurs présidents de club espagnols comme celui de Villareal ont critiqué fortement Perez en insistant sur son égoïsme. "Depuis plusieurs années, il menace l’UEFA, confie à RMC Sport un directeur sportif d’un club du haut de tableau espagnol. Perez se croit plus fort que tout le monde et même que l’UEFA. Il estime que sans Madrid, le football n’existe pas. Il voulait etre le premier vainqueur de la Super League et remettre en cause le passé incroyable du Real en Champions League. Il pourra être le premier à la gagner car il sera le seul à la jouer s’il s’entête."

Les deux hommes auront beaucoup de mal à retrouver leur place sur la scène européenne et dans les échanges avec les instances européennes. Agnelli a déjà perdu sa place de président de l’ECA (association des grands clubs européens). Aujourd’hui les relations sont rompues et l’avenir des deux est incertain en Europe.

Par Mohamed Bouhafsi