RMC Sport

VIDEO. Real Madrid: "Nous ne penserons pas à la finale de Cardiff", affirme Zidane avant de retrouver la Juventus

Mardi soir, à 20h45, le Real Madrid se déplace à Turin pour y affronter la Juventus. Ce match comptant pour les quarts de finale de la Ligue des Champions sera l'occasion pour Zinedine Zidane de retrouver son ancienne équipe, mais pour le technicien, pas question de penser à la finale gagnée il y a quelques mois à Cardiff face à la Vieille Dame (4-1).

A l'occasion de la rencontre entre la Juventus Turin et le Real Madrid, mardi soir, en quart de finale aller de la Ligue des Champions, Zinedine Zidane a été interrogé en conférence de presse sur la finale de Cardiff remportée par les Madrilènes sur le score de 4 buts à 1. "Nous sommes ici pour faire un bon match, a déclaré le coach du Real en conférence de presse. La finale de Cardiff n'a rien à voir avec le match de mardi, nous n'y penserons pas. L'histoire est complètement différente. La Juve n'a pas beaucoup changé depuis la finale mais ce sera un match complètement différent."

"Deux équipes avec le même ADN"

L'ancien meneur de jeu de la Juve est également revenu sur son rapport avec ses deux anciennes équipes en tant que joueur : "La Juve et le Real sont "deux équipes avec le même ADN, lutter, vouloir toujours gagner", juge Zidane.

"Transformer les objectifs en réalité"

C'est quelque chose que j'ai appris ici à la Juve. La Juventus fait une bonne saison, elle joue bien. J'ai vu des matches où ils ont joué magnifiquement. Notre objectif, c'est de transformer les objectifs en réalité, exactement comme la Juve" indique le technicien français.

A lire > Zidane revient à Turin, où il a appris à être un champion

La Juve reste dans son cœur

Avant la finale de Cardiff, Zidane avait répondu à une question sur ses souvenirs turinois où il résumait involontairement la place occupée par chacun des clubs. "Je suis devenu un homme à Turin. Je serai toujours juventino dans le corazon (cœur en espagnol, ndlr). Non, dans le cuore (cœur en italien, ndlr), excusez-moi."

Par RT, avec AFP