RMC Sport

Lille, la nouvelle dimension

-

- - -

DOSSIER – Ce jeudi, le troisième volet des stades de l’Euro 2016 avec le Grand Stade de Lille. La métropole nordiste sera la première en France à bénéficier d’une enceinte multifonction ultra-moderne. Livraison prévue pour juillet 2012.

A Lille, un concert de Madonna ou une finale de Ligue des champions ne relèvera bientôt plus du rêve. Première enceinte nouvelle génération à voir le jour en France, le Grand Stade de Lille dispose d’arguments convaincants pour séduire les plus grands noms de la musique et du sport : des lignes futuristes, un toit rétractable, 50 000 places assises en configuration football et 30 000 en indoor … Cerise sur le gâteau : la fameuse boite à spectacle qui verra une moitié de la pelouse se soulever pour se déplacer… sur l’autre moitié ! Cette prouesse technologique unique au monde libérera ainsi une fosse de 5500 sièges télescopiques et transformera l’enceinte en une Arena de 25 000 places, prête à accueillir des concerts, soit la plus grande en Europe.
A Lille, on se félicite d’avoir été les premiers en France à avoir lancé un tel projet (les travaux de terrassement ont commencé en 2009), avant même l’attribution de l’Euro 2016 à la France. Une compétition pour laquelle Lille espère accueillir une demi-finale. « On a répondu au défi qui était posé à la métropole lilloise d’avoir un grand équipement, se réjouit le président du LOSC, Michel Seydoux. C’est un stade 5 étoile UEFA. C’est important pour nous, pour la ville et pas uniquement pour les finances. »

Un retard dans la livraison ?

Côté budget, la construction du Grand Stade devrait coûter 324 millions d'euros, dont 282 millions d'euros pour le stade et les parkings, et 42 millions pour les équipements annexes (hôtellerie, commerce, restauration, services). Ces chiffres n’intègrent pas le prix des accès autoroutiers qui gonflent la note globale à environ 700 millions d’euros. Des infrastructures dont les travaux sont à ce jour pratiquement terminés. L’exploitation du stade sera ensuite assurée pendant 31 ans dans le cadre d’un partenariat public-privé. Mais l’investissement devrait être rentable. En passant d’un stade de 17 000 places à un nouveau jardin capable d’accueillir 50 000 supporters, le LOSC affichera entre 20 et 25 millions d’euros de recettes supplémentaires à chaque année.
Seule ombre au tableau, un possible retard de livraison. Depuis plusieurs mois, les annonces qui abondent dans ce sens se succèdent de la part de la société de construction Eiffage. Si le chantier avance bien et révèle aujourd’hui une grande partie des tribunes et du toit, sa complexité pourrait entrainer un retard d’environ un mois. Le LOSC pourrait donc demander à la Ligue de disputer ses premiers matches à l’extérieur. Les 50 000 euros de pénalité par jour de retard devraient cependant aider au respect des délais. Des péripéties qui ne sauraient empêcher l’avènement de la nouvelle ère lilloise.