RMC Sport

Inter Miami: la MLS ouvre une enquête sur le contrat de Matuidi

Dans un communiqué, la Major League Soccer a annoncé ce vendredi l’ouverture d’une enquête sur la signature de Blaise Matuidi à l'Inter Miami, afin de déterminer si son salaire respecte les règles fixées aux clubs.

On l’avait laissé sur l’annonce de la naissance de son quatrième enfant, on le retrouve pour un potentiel problème contractuel. Blaise Matuidi, 33 ans, voit sa signature à l'Inter Miami en août 2020 être visée par une enquête de la MLS, qui dit vouloir savoir "si la signature du joueur était conforme au budget salarial et aux directives". La Ligue nord-américaine fixe une masse salariale à tous les clubs, que les vingt plus gros salaires de chaque effectif ne peuvent dépasser. Cette masse salariale était fixée à 4.24 millions de dollars en 2019.

Matuidi n'est pas un "joueur désigné"

L’autre subtilité propre à la MLS est que, du fait de cet encadrement des salaires, tous les joueurs ne bénéficient pas du même statut au sein d’un effectif : il y a les "joueurs TAM" et les "joueurs désignés". Les "joueurs TAM" sont soumis aux contraintes salariales et bénéficient d’allocations de la part de la Ligue dans le règlement du salaire. Les "joueurs désignés", au nombre de trois maximum par équipe, peuvent disposer d’un salaire excédant le cadre fixé par la MLS.

Cette exception à la règle, apparue en 2007, permet aux clubs américains de recruter des joueurs célèbres, souvent venus d’Europe ou d’Amérique atine. Ainsi, Kaká s’est vu offrir un salaire de 7.17 millions de dollars annuels en 2014 et Steven Gerrard une rémunération à hauteur de 6.33 millions par an, soit dans les deux cas des sommes qui dépassent largement les contraintes de la masse salariale.

La question est donc de savoir si Blaise Matuidi, déclaré comme un TAM par l’Inter Miami lors de son arrivée en août 2020, ne serait pas rémunéré au-delà des contraintes salariales et ne devrait être, dès lors, considéré comme un ‘joueur désigné’. Problème, il y a déjà deux joueurs de ce type dans l’effectif et un troisième empêcherait le club de s’attacher les services d’un joueur de prestige lors du prochain mercato estival.

Quoi qu’il en soit, si la fraude est avérée, le club s’expose à des sanctions financières. Ironie du sort, l’Inter Miami, dont l’un des actionnaires est David Beckham, pourrait donc avoir des ennuis à cause de la règle du ‘joueur désigné’, aussi connue sous le nom de règle… David Beckham ! En effet, si ce nom n’a rien d’officiel, il est couramment utilisé à cause du fait que l’international anglais a été le premier à profiter de cette règle, lors de son arrivée à Los Angeles Galaxy, en 2007.

Matuidi
Matuidi © AFP
Florian Chambon