RMC Sport

Mercato #1 : Paris (veut vendre) à tout prix

"C'est pas moi, c'est lui" Thiago Silva à Zlatan Ibrahimovic

"C'est pas moi, c'est lui" Thiago Silva à Zlatan Ibrahimovic - -

Si les rumeurs les plus folles circulent autour du PSG, la direction semble surtout vouloir dégraisser son effectif. Le point sur les rumeurs et les transferts parisiens du mercato.

Evra, Neymar, Ronaldo, Mourinho, Wenger, Beckham, Balotelli, De Rossi - j’en passe et des meilleurs ! - sont annoncés à tort et à travers du côté du PSG. Au point que le nouveau phare du football français éclipse les lumières des grosses écuries européennes.

Correction oblige donc, et opportunisme non feint en prime, nous traiterons du club de la capitale dans cette première édition de la chronique du mercato hivernal (du 1er au 31 janvier 2013).

>> Sur RMC Sport : Sneijder au PSG, c’est possible !

#Comment savoir si... le PSG convoite un joueur

Le scénario est à chaque fois identique :

1 ) Révélation confidentielle d’un proche à géométrie variable (copain d’enfance, agent, copain facebook, serveur du Crystal…).

•2 ) Le joueur ne souhaite pas réagir, concentré qu’il est sur sa prochaine rencontre avec "son" club du moment. Mais, "c’est sûr que vivre à Paris doit être agréable", glissera-t-il tout de même dans une référence non voilée au pain frais, à la bonne chère et, avec modération, aux réjouissances nocturnes offertes par la capitale.

•3 ) Le club parisien dément. Puis, avoue que tous les talents l’intéressent, mais que –correction de GRAND club en devenir oblige - si un jour l’idée venait d’offrir un salaire à 8 chiffres au poulain d’un concurrent lui venait, il contacterait, par correction toujours, le club détenteur du-dit talent.

Ok, nous n’en sommes qu’au début du mois de décembre et les rumeurs défileront encore longtemps. Mais un autre "feuilleton mercato" se joue sur les bords de Seine. Si Thiago Silva montre Ibra du doigt, c'est surtout pour brouiller les pistes.

#Les mouvements à prévoir... Nene, Sakho, Gameiro à la peine

Voilà deux rencontres que le brésilien Nene, boudeur en Ligue des champions face à Porto, n’est plus retenu par l’entraîneur Carlo Ancelotti. Ce lundi, c’est au tour de l’attaquant international Kevin Gameiro, déjà peu utilisé sur le pré, de subir le même sort à l’occasion du déplacement à Nice.

Idem pour Mathieu Bodmer et Momo Sissoko. Et on ne parle pas des lofteurs habituels comme Diego Lugano ou Saka Tiéné…

Pis, Mamadou Sakho, icône la nouvelle génération "made in Paris", capitaine régulier du club et titulaire en équipe de France sous la coupe de Didier Deschamps, perd doucement sa place. Le joueur, qui n’a plus joué (à part en Coupe de la Ligue) depuis un mois, avoue qu'il ne "comprend pas très bien".

Son coach, lui, se défend. "Il ne comprend peut-être pas 100% de mes choix, mais c'est normal. Il y a beaucoup de joueurs qui ne comprennent pas les choix de l'entraîneur. (…) Sakho reste ici."

#L'influence de la star... Zlatan : "Mes enfants jouent mieux que vous"

Que se passe-t-il à Paris ? Depuis un an et demi, dix-sept joueurs différents sont arrivés aux pieds de la Tour Eiffel. Cet été, seul Milan Bivesac a été vendu (2,5 millions d’euros) à Lyon.

La "crise de novembre" a été engloutie, comme une bonne pizza partagée entre collègues, par la nette victoire (4-0) contre Evian Thonon-Gaillard. De quoi vivre des jours heureux ? Pas encore. Il est venu le temps de dégraisser le "mammouth" aurait lâché Nasser "Claude Allègre" al-Khelaifi.

Vendre pour acheter ? Si la logique prévaut partout, elle n'est pas aussi évidente à Paris. L’équation est pourtant simple : si l’effectif est pléthorique, la qualité ne répond plus aux exigences d'excellence des propriétaires. Dans un accès de colère, papa Zlatan himself n’a-t-il pas jeté à ses coéquipiers que "ses enfants jouent mieux au foot" qu’eux ?

"Je me sens bien à Paris", répètent-ils tous pourtant. Paris se sent-il bien lui ? Ne parle-t-on pas chez les plus radicaux d'un retour de Denisot ou d'une pige de Fernandez sur le banc.

Samuel Auffray