RMC Sport

OL : Fekir, le « rejeté » vous salue bien

Nabil Fekir

Nabil Fekir - AFP

Avec trois buts en cinq matches, Nabil Fekir est l’une des révélations du début de saison de Lyon. Un club qui ne voulait plus de lui à 14 ans avant de le récupérer quelques années plus tard. Portrait avant la réception de Lille, ce dimanche (17h).

Les amoureux éconduits ont différentes façons de tourner la page. Certains trouvent des moyens plus ou moins distingués de se venger. D’autres passent tant bien que mal à autre chose. Et puis il y a Nabil Fekir. Celui qui sourit. La scène date de 2008. Deux ans plus tôt, à 12 ans, après des passages par les clubs de Tonkin, Vaulx-en-Velin et Caluire, le natif de Villeurbanne avait tapé dans l’œil de l’Olympique Lyonnais et intégré sa préformation. Après deux années, l’OL ne le retient pas. Et Nabil sourit. « Après l’entretien, il rigolait, se souvient son père Mohamed. Ils l’ont viré et le gamin, il rigole ! » L’intéressé explique : « On va dire que je ne suis pas sorti extrêmement déçu. Je ne me suis pas découragé. Quand j’étais petit, je ne pensais vraiment pas à finir pro. »

Pas de cœur brisé. Sa seule passion, le ballon, reste intacte. Retour pour trois ans à Vaulx-en-Velin, près des siens. Où Nabil va cultiver la notion de plaisir et se rapprocher, par ricochet, de son destin. « J’étais dans mon cadre familial, j’étais bien. C’est une des raisons de ma réussite, ça m’a permis de rester le même, raconte Fekir. C’était le foot sans pression, sans prise de tête, que des bons moments. C’est ce qui m’a permis de toujours jouer pour le plaisir. » Entraîneur du garçon en U15 puis U17, Mustapha Ghouali se souvient d’un Nabil passionné et au talent déjà évident : « C’était un enragé du football. S’il n’était pas sur le terrain, son cerveau bouillonnait... Il y avait une belle équipe mais sur le terrain, c’était lui le déclencheur. » Sa trajectoire sportive reprend le bon vecteur. « Ce retour à Vaulx, c’est la clé, juge son père, toujours bénévole au club (800 licenciés et une équipe première en CFA2 mais fournisseur de nombreux joueurs de L1). Il avait ses copains, les entraineurs et les dirigeants l’aimaient bien. Il se sentait chez lui ici. »

« Je suis fier de mon parcours »

En U19, faute d’équipe performante à Vaulx, il rejoint Saint-Priest. Huit mois plus tard, à l’issue d’un match de Gambardella contre Lyon, l’OL le contacte à nouveau. Il réintègre le club en 2011. « C’était une sorte de revanche pour moi, admet Fekir. Je suis fier de mon parcours. » Il peut l’être. Son premier contrat pro signé en juin 2013 (prolongé jusqu’en 2019 un an plus tard), Nabil effectue ses premiers pas chez les pros en barrage de la Ligue des champions face à la Real Sociedad, le 28 août 2013. Trois jours plus tard, il est titulaire à Evian pour sa première en Ligue 1. Fekir termine la saison 2013-2014 avec onze apparitions et un but au compteur. Et depuis cet été, le jeune Lyonnais (21 ans) rayonne : cinq titularisations en championnat pour trois buts, dont un doublé à Lorient.

Si le retour de Yoann Gourcuff pourrait pousser Hubert Fournier à le laisser souffler ce dimanche contre Lille (17h), Fekir n’a pas fini de régaler les supporters lyonnais. Et ceux de l’équipe de France ? Avec un père algérien, celui qui vient d’être sélectionné chez les Espoirs tricolores a encore le choix. « La décision ne revient qu’à moi, explique-t-il. Je la prendrai seul avec ma famille et je la communiquerai dans peu de temps. » Pour éviter de le voir partir à la CAN en janvier, l’OL pousse pour le choix de la France. Son père Mohamed, lui, laisse transparaître une préférence algérienne entre les lignes d’un discours convenu : « Il y a certains trucs pour moi… parce que j’ai vécu jusqu’à 21 ans en Algérie. On discutera mais le choix lui revient. Je serai toujours derrière lui, quoi qu’il décide. » L’ancien amoureux éconduit peut désormais choisir entre ses conquêtes.

OL-Lille : Gourcuff sera titulaire

INFO RMC SPORT. Yoann Goucuff sera titulaire ce dimanche (17h) pour le match OL-Lille (9e journée de Ligue 1). Il n’a plus débuté un match de championnat depuis le 30 mars dernier, face à Saint-Etienne. L’ancien Bordelais soutiendra un duo d’attaquants qui sera formé par Alexandre Lacazette et Nabil Fekir ou Clinton N’Jie.

Alexandre Herbinet avec Edward Jay à Lyon